Singapura

Singapura

Singapura

Origine

Le Singapura est originaire de la ville de Singapour qui est une île qui se trouve à la pointe de la Malaisie, dans le Sud-Est Asiatique. Sur cette île vivent une multitude de chats errants qui survivent en mangeant les restes de poissons laissés par l'industrie de la pêche. On pense qu'il s'agit de chats de marins qui échappèrent à leur propriétaire et qui élurent domicile à Singapour. Leur survie était loin d'être facile. Ils étaient sans cesse sous la menace de rapt par la fourrière et traînaient dans les égouts et les caniveaux, ce qui leur valut le surnom de " chat des égouts".

En 1975, après avoir travaillé quelques mois à Singapour, un couple d’Américain, Tommy et Hal Meadow, retournèrent aux Etats-Unis en emportant avec eux trois chats, Tess, Tickle et Puss, qu’ils découvrirent dans les rues de Singapour afin de commencer un élevage. Ils étaient fascinés par leur magnifique pelage. Ces trois chats sont considérés comme les chats fondateurs de la race. Cependant, une information vient controverser le naturel de la race, car Tommy Meadow aurait utilisé un Burmese au départ de son programme d’élevage, pour éliminer certains gènes. Cette polémique est toujours d’actualité.

Le Singapura fut accepté à l’enregistrement en 1982 par la Cat Fancier Association (la plus grande association regroupant les pedigrees des chats de race et éditant les standards pour les différentes races) et fut reconnue comme race en 1988.

La race arriva en Europe vers la fin des années 1980. On y trouve encore très peu de spécimens car Singapour a règlementé de manière très stricte l’exportation de ces chats.

Il faut également savoir que le développement de la race est compliqué et ce pour deux raisons : Les femelles peuvent souffrir d'une faiblesse des muscles utérins, ce qui rend la mise bas difficile et selon une analyse génétique en 2007 sur 22 races différentes, le Singapura est la race ayant la plus faible variété génétique. Cette faible diversité génétique favorise la consanguinité et limite donc ainsi énormément les possibilités de reproduction.

Caractère, Comportement

C’est un chat actif et équilibré. Ce n’est pas un chat pantouflard qui va dormir toute la journée. Il est affectueux est désire le contact humain. C’est un grand sensible qui réclame les caresses. Il participe beaucoup à la vie de famille et suit ses maîtres partout. Il s’attache à tous les membres de la famille. Il peut passer des heures au pied du lit à veiller sur son maître malade.

C’est un chat très curieux qui l’amène à fureter dans tous les recoins de son univers, d’ailleurs si vous ne le trouvez plus, pensez à chercher en haut des armoires et dans les tiroirs. Il est aussi très joueur et très intelligent. Vous pourrez facilement lui apprendre quelques tours. Il est très sociable avec les autres animaux et encore plus particulièrement avec ses congénères. Il apprécie les visites à la maison et mettra un point d'honneur à accueillir vos hôtes devant la porte.

C’est un chat qui est très bien adapté à la vie en appartement mais qui supporte très mal la solitude. Comme il n'a pas de sous-poil, il apprécie par dessus tout la chaleur. Il adore dormir sous la couette.

Taille

Le Singapura est considéré comme la plus petite race de chat au monde.

Poids

2 à 4kg

Poil et couleur

Sa robe est fine, soyeuse et sans sous-poils. La fourrure est courte et bien couchée sur le corps.

Couleurs: Brown ticked tabby ou sépia agouti. Le fond de robe est de couleur vieil ivoire. Le ticking (rayures de couleur sur un même poil. Chaque poil se trouve barré de sombre alterné avec du clair), les marques de maquillage, les coussinets et l’extrémité de la queue sont bruns foncés ou noirs.

Santé

C’est un chat robuste qui a une très bonne santé. Il peut vivre de 15 à 20 ans. Il ne rencontre pas de graves problèmes génétiques. Les deux seuls problèmes qu’il peut rencontrer sont : chez les femelles, une faiblesse des muscles utérins ne permettant pas l’expulsion du fœtus, nécessitant alors une césarienne. L'autre problème étant un défaut à un os de la queue, qui n’a pas la forme normale.

Entretien

Le Singapura n’a pas de sous-poils. Cela lui donne l’avantage  de ne perdre quasiment pas de poils et de ne nécessiter qu’un entretien minimum.

Par contre, il faudra porter une attention particulière au nettoyage des oreilles et des yeux.  Les oreilles étant très grandes et ouvertes, elles peuvent être de véritables nids à poussière.

Le Singapura dans la culture populaire

L’Office du tourisme de Singapour a fait du Singapura sa mascotte.

Notations

Élevages

Naissances