Cochon d'Inde

Cochon d'Inde

Cochon d'Inde appelé aussi Cobaye

Un peu d’histoire

La famille des Caviidae, famille à laquelle appartient le Cochon d’Inde, remonte à l’air tertiaire, entre 5 et 20 millions d’années avant notre ère. Cependant, les toutes premières origines du petit rongeur, tel que nous le connaissons aujourd’hui, ainsi que ses premiers ancêtres directs, sont inconnus.

Les premiers Européens, à rencontrer ce petit rongeur tout dodu et mignon, furent les soldats espagnols qui conquirent les mystérieuses cités Incas du Pérou et du Chili en 1530. Ce ne fut pas une rencontre fortuite dans la nature, car les Incas élevaient les cochons d’Inde pour leur chair et les gardaient dans un gros panier à l’intérieur de leur cabane. Ces petits rongeurs étaient tellement appréciés, qu’ils étaient même offerts aux défunts comme dot pour l’au-delà, comme en témoignent les nombreux corps momifiés de cochons d’Inde retrouvés dans les sépultures. A ce jour, les Cochons d’Inde sont toujours élevés pour leur chair dans les Andes.

Le Cochon d’Inde arriva en Europe au XVIII grâce aux commerçants hollandais, qui ramenèrent de Guyane ces petits rongeurs, comme animal de compagnie pour leurs enfants. Quelques décennies plus tard, le Cochon d’Inde devint très populaire comme animal domestique, mais également comme animal de laboratoire.

Son nom lui vient de son cri, qui s’apparente à celui du porc et au fait qu’il vienne d’Amérique du Sud, appelée autrefois les Indes occidentales.

Législation

En Suisse, la détention d’un seul individu est illégale étant donné que le Cochon d’Inde est un animal extrêmement social.

Selon l'Ordonnance sur la protection des animaux, les exigences sont:

  • La surface minimale légale est de 0.5m2 pour deux animaux. Il faut compter 0.2m2 de plus par animal supplémentaire.
  • Une litière appropriée.
  • Une ou plusieurs possibilités de retrait où tous les animaux trouvent de la place.
  • Des objets à ronger, tels que du bois tendre ou des branches fraîchement coupées.
  • Les animaux doivent être détenus par groupes d’au moins deux individus.
  • Fourrage de structure grossière, tels que du foin ou de la paille, et fourrage riche en vitamine C

Variétés

Il existe plusieurs variétés de Cochon d’Inde, classées dans trois grandes catégories, chacune d’elle ayant des sous-catégories.

Les poils lisses

  • UPL: l’unicolore à poil lisse
  • Couronné anglais: avec une rosette (touffe de poil) sur la tête de la même couleur que le corps
  • Couronné américain: avec une rosette sur la tête de couleur différente que le corps

Les poils longs

  • Shelty: le poil  est raide, soyeux et part vers l’arrière
  • Coronet: c’est un Shelty couronné
  • Péruvien: le poil est lisse et retombe sur les côtés avec une raie au milieu et il a deux rosettes sur les fesses
  • Alpaga: c’est un Péruvien au poil frisé
  • Texel: le poil est frisé et dirigé vers l’arrière. Il est issu d’un croisement entre un Rex et un Shelty
  • Mérino: c’est un Texel couronné issu d’un croisement entre un Rex et un Coronet
  • Mohair: c’est un Alpaga avec des rosettes en trop
  • Lunkarya: variété suédoise qui a le poil long, rêche et frisé comme le mouton

Les poils durs ou dressés

  • Abyssinien: c’est un Cochon d’Inde à huit rosettes minimum sur le corps
  • Rex: le poil est frisé, dressé et doux au toucher
  • Teddy: le poil est frisé, dressé mais plus rêche que celui des Rex
  • US Teddy: un Rex à poil dur
  • CH Teddy ou Teddy Suisse: le poil est mi-long, frisé et dressé sur 6 cm environ
  • Sheba Mini Yak: variété australienne qui a le poil mi-long et dont le poil des joues est dirigé vers l’avant
  • Somali: c’est un croisement entre un Rex et un Abyssinien. Il possède le nombre de rosettes de l’Abyssinien et la texture de poil du Rex
  • Ridgeback: qui a l’échine inversée comme le chien Rhodesian Ridgeback dont il tire son nom

Il existe également deux variétés de Cochon d’Inde nu qui sont:

  • Skinny: issu d’une mutation génétique spontanée, il conserve toujours quelques poils sur les pattes, le chanfrein et parfois sur les épaules.
  • Baldwin: il est le fruit d’une mutation génétique pour une utilisation en laboratoire. Il nait avec des poils mais commence à les perdre à partir du 5e jour pour être totalement nu à 2 mois.

Toutes ces variétés existent en de multiples couleurs de pelage.

Caractéristiques physiques

Il peut peser entre 0.5kg et 1.7kg et mesurer de 11 à 50 centimètres de long. C’est un corps massif sur des pattes relativement courtes. La tête est située dans le prolongement du corps, sans cou visible. Ses moustaches, qui sont implantées dans toutes les directions, lui permettent de s’orienter la nuit tandis que ses yeux, qui couvrent un champ de 340°, lui permettent de voir arriver les prédateurs. Leur acuité visuelle n’est pas très bonne, mais elle est compensée par une excellente audition et un odorat hyper développé.

Il vit en moyenne entre 6 à 7 ans, exceptionnellement jusqu’à 8 ans.

Comportement à l’état sauvage

A l’état sauvage, les Cochons d’Inde vivent en petits groupes, chacun étant composé d’un mâle, le chef, de ses femelles et des petits. Afin de garantir leur sécurité et leur protection, les petits membres du groupe font tout ensemble et avancent toujours en petits groupes, en file indienne et à couvert pour se protéger des nombreux prédateurs. Ils aiment la proximité de leurs congénères mais apprécient moins le contact physique. Ils vivent dans des terriers plats, qu’ils n’ont pas construits eux-mêmes et s’activent au crépuscule afin de chercher leur nourriture.

Comportement en captivité

Le Cochon d’Inde domestique vit le jour avec des moments de repos. C’est un petit rongeur très docile qui ne mord et ne griffe pratiquement jamais. D’ailleurs, son tempérament placide le rend facile à apprivoiser, mais c’est un petit animal qui est très vite apeuré. Il faut donc prendre toutes les précautions nécessaires pour ne pas lui faire peur. De plus, le Cochon d’Inde est néophobe, c’est-à-dire qu’il a peur de l’inconnu. Il doit donc être accoutumé à tout ce qui lui est mis à sa portée.

Il communique au moyen d’une gamme très variée de petits bruits et son répertoire est grand : roucouler, grogner, grommeler, glousser, couiner, striduler, fredonner et claquer des dents.

Avoir des cochons d’Inde à la maison

L’âge idéal d’un Cochon d’Inde à adopter est de cinq à six semaines. Il faut laisser le temps à la mère de les sevrer et des les socialiser et à leur système immunitaire se développer totalement.

L’espace intérieur de leur cage doit leur assurer un espace assez vaste afin qu’ils puissent courir et leur assurer un territoire à chacun. Il doit y avoir une cachette par animal dans laquelle il peut se réfugier en cas de peur. Il ont également besoin de quelques distractions. La litière idéale se compose de litière de chanvre ou de lin. Les autres matières peuvent amener des problèmes d’allergie, respiratoires ou de toxicité.

La cage ne doit pas être placée dans un endroit à courants d’air (risque de rhum et d’otite). Elle doit être mise dans une pièce dont la température peut aller de 18° à 24°. Il faut penser à choisir un endroit où rien ne tourne au-dessus de la cage, car les Cochons d’Inde pourraient interpréter la chose comme un prédateur et être terrorisés. Il est également vivement conseillé de placer la cage en hauteur, afin de vous permettre de vous asseoir sur une chaise pour interagir confortablement avec vos animaux et, surtout, de ne pas avoir besoin de vous pencher au-dessus d’eux.

La cohabitation avec des autres rongeurs et vivement déconseillée, car leur comportement n’est pas compatible. De plus, de part sa fragilité, le Cochon d’Inde n’est pas le compagnon idéal pour les jeunes enfants de moins de 10 ans.

Les Cochons d’Inde sont, à la base, des animaux à proie et de ce fait, les prendre et les soulever les met dans une situation d’extrême peur. Afin de les habituer à vos caresses, qui sont également synonyme de grand stress pour eux, habituez-les à venir manger dans votre main (avec du persil, du trèfle ou du pissenlit). Il faut effectuer ces gestes plusieurs fois par jour, jusqu’à ce que les Cochons d’Inde viennent d'eux-mêmes vers vous et se laissent caresser. Vous devez également les habituer très tôt à être manipulés, mais tout en douceur et jamais en hauteur. N’oubliez pas que vos petits compagnons sont craintifs et ont les os très fragiles. Le principe primordial à respecter est que c’est l’animal qui doit approcher et chercher le contact, vous montrant de cette manière qu’il a confiance en vous. Il est très important de commencer cette apprivoisement le plus tôt possible. 

Pour leur bienêtre, il vous faut les sortir régulièrement pour qu’ils fassent de l’exercice. Afin de le faire dans des conditions optimales de sécurité, pensez au parc à bébé avec quelques jeux à l’intérieur pour qu’ils se défoulent. Si vous décidez de les laisser courir en liberté dans l’appartement, soyez extrêmement vigilants, car ils ont la fâcheuse habitude de ronger tout ce qui se trouve sur leur chemin pour user leurs dents.

Découvrir notre article sur "Tout ce qu'il faut savoir avant d'adopter un cochon d'Inde".

Les soins en général

Sa cage doit être nettoyée une fois par semaine à l’eau et au vinaigre blanc. Tous les jours, vous devez retirer les fruits et légumes qu’il n’a pas mangés et changer l’eau.

Quand au Cochon d’Inde lui-même, il faut le nettoyer à l’eau tiède quand il a des excréments collés ou au minimum une fois par an. Il faut également penser à lui couper les griffes, sans atteindre les petites veines, sous peine d’hémorragie. Si vous ne vous en sentez pas capable, il est préférable de demander l’aide de votre vétérinaire. Il est d’ailleurs conseillé de lui faire faire un check up une fois par année.

Le Cochon d’Inde à poil court doit être brosser une fois par semaine tandis que celui à poil long deux à trois fois par semaine.

Mâle ou femelle?

Au vu de la législation suisse, vous devez obligatoirement adopter au minimum deux Cochons d’Inde. La reproduction chez ces petits rongeurs étant très délicate et difficile, il est vivement déconseillé de prendre un couple reproducteur. Il faut laisser leur reproduction entre les mains de passionnés et d’experts.

Vous pouvez alors adopter à choix:

  • Deux femelles
  • Deux mâles castrés
  • Une femelle et un mâle castré

Il ne faut jamais mettre deux mâles et une femelle, car les mâles, même castrés, se battront automatiquement en duel. Il faut également prendre en compte sa « crise d’adolescence » qui peut remettre en cause la hiérarchie déjà installée. Contrairement aux autres rongeurs, sa vie sociale est changeante en fonction des circonstances.

Santé

Un Cochon d’Inde en bonne santé a une température qui varie entre 37° et 39°. C’est un petit animal fragile tant sur le plan physique que cardiaque. Il faut impérativement éviter les bruits ou les mouvements qui pourraient le surprendre ou lui faire peur.

Ce petit animal est également très sensible aux problèmes cutanés. Afin d’éviter les affections de la peau, sa cage doit être d’une hygiène irréprochable et il est conseillé de mettre en quarantaine les nouveaux venus.

Il peut également souffrir de cystite, de pneumonie et de carence en vitamine C. En effet, le Cochon d’Inde ne stocke pas cette vitamine et sans un apport adéquat chaque jour, il risque de graves problèmes de santé menant à sa mort.

Attention ! un Cochon d’Inde malade ne peut pas attendre. Il vous faudra être prêt à assumer si une urgence se présente. Et assurez-vous également que votre vétérinaire soit bien un spécialiste des rongeurs.

Que mange-t-il?

Le Cochon d’Inde est un herbivore strict, qui aime manger à la même heure tous les jours et dont l’alimentation doit ressembler au maximum à ce qu’il pourrait trouver dans la nature. Il doit avoir en permanence, à sa disposition, du foin ainsi que de l’eau propre. Il faut également lui donner 10% de son poids en légumes chaque jour et de temps à autre des fruits. Les végétaux frais sont indispensables à lui apporter sa dose quotidienne nécessaire de vitamine C, puisqu’il ne la stocke pas. (Voir article : un petit coin de paradis pour vos Cochons d'Inde).

Afin d’user naturellement ses incisives qui poussent en permanence, en plus du foin, vous devez lui donner régulièrement des branches fraîches de fruitiers non traités ou encore du hêtre, du noisetier ou de l’épicéa.

Vous pouvez également lui donner des extrudés, c’est-à-dire des granulés et non pas un mélange de graines, mais ce n’est pas une obligation. Par contre, il est vivement déconseillé de leur donner des friandises sucrées ou industrielles qui sont très mauvaises pour lui. Il faut également éviter les changements de nourriture abruptes, car il a un système digestif très sensible.

Il faut également savoir que le Cochon d’Inde complète son alimentation par caecotrophie, c’est–à-dire qu’il consomme ses excréments mous, appelés, caecotropes, afin de recycler la vitamine B, les fibres et les bactéries nécessaires à une bonne digestion.

Notations

Élevages

Naissances

Communauté