Tout savoir sur la pathologie des yeux des chats

Cornée, rétine, cristallin, paupière, globe oculaire… les yeux d’un chat peuvent être affectés par de nombreuses maladies et affections comme les conjonctivites, les cataractes, les décollements de rétine ou encore les glaucomes. Zoom sur les pathologies des yeux du chat et les moyens d’y remédier.

Prendre soin des yeux de son chat : pourquoi est-ce important ?

Les yeux du chat présentent une particularité que certains pourraient qualifier de paradoxale. En effet, les yeux du chat sont aussi performants qu’ils sont fragiles, d’où la propension du félin à être sujet à plusieurs affections : entropion, conjonctivites, prolapsus, épiphora, glaucome, ulcères cornéens, décollements de rétine, cataracte…

Pouvant être de gravité variable, les maladies susceptibles de toucher les yeux du chat ne doivent pas pour autant être ignorées ou négligées. Pour prendre la pleine mesure du sérieux de ces affections, il suffit de savoir que le décollement de la rétine, pour ne prendre que cet exemple, peut causer la cécité du chat. Comme souvent, il vaut mieux prévenir que guérir, notamment en s’occupant correctement des yeux de votre chat, comme nous vous l’expliquions dans un autre article dédié à ce sujet.

Les différentes maladies qui peuvent toucher les yeux des chats ?

Connaître les différentes maladies qui peuvent toucher les yeux des chats est très important. Plus important encore : il faut être capable de les détecter pour pouvoir agir à temps. Passons en revue les pathologies les plus courantes affectant les yeux du félin et les moyens de les identifier.

L’entropion

Touchant les paupières du chat, l’entropion se manifeste par un retournement partiel de ces dernières vers l’intérieur. La bonne nouvelle est que cette maladie peut être facilement traitée par un vétérinaire par le biais d’une intervention assez simple. Cela dit, si elle n’est pas traitée à temps, elle peut entraîner des irritations de la cornée qui, à leur tour, causent un inconfort au chat par la sécrétion de larmes.

Le prolapsus

Vous ne le savez peut-être pas, mais le chat dispose d’une membrane invisible en temps normal, dans le coin interne de son œil que le félin utilise comme une sorte d’essuie-glace. C’est ce qu’on appelle la troisième paupière, l’organe concerné par le prolapsus. Lorsqu’il y a irritation oculaire ou en cas de trouble nerveux, la troisième paupière du chat devient visible, alors qu’elle ne devrait pas. Parfois, elle se déploie jusqu’à recouvrir l’œil à cause de cette affection, auquel cas vous devez consulter votre vétérinaire en urgence.

La conjonctivite

La conjonctivite, affection oculaire la plus fréquente chez le chat, consiste en une inflammation de ce tissu qui tapisse l’intérieur des paupières et la couche externe de la cornée. Elle est le plus souvent causée par une allergie aux pollens ou aux graminées, mais peut également résulter d’une infection virale, bactérienne ou provoquée par des champignons. Parce qu’elle peut être d’origines diverses, la conjonctivite est traitée en fonction de sa cause, identifiée par le biais d’un diagnostic chez le vétérinaire (examen bactériologique et virologique). Dans la plupart des cas, le praticien prescrit un traitement local à base de collyres ou de pommades. La prise de corticoïdes est par ailleurs préconisée en cas d’allergie.

L’épiphora

L’épiphora se traduit par un larmoiement excessif. En cause, un canal lacrymal obstrué, soit totalement ou partiellement, et qui n’arrive donc pas à remplir sa fonction normale : celle de laisser stagner les larmes dans la paupière inférieure. Ainsi, au lieu de stagner dans le coin de cette paupière, les larmes sont évacuées vers les narines. Heureusement, l’épiphora est un problème bénin qui ne menace pas la santé oculaire du chat.  

Les ulcères cornéens

Les ulcères cornéens résultent le plus souvent de bagarres entre chats, mais peuvent aussi être causés par des bactéries ou des virus. Quelle qu’en soit la cause, un ulcère cornéen doit faire l’objet d’une visite urgente chez le vétérinaire pour éviter les cas extrêmes où le chat peut perdre un œil en cas de blessure grave. En cas de blessure bénigne, un simple traitement permettra d’éviter une infection.

Le glaucome

Comme nous, le chat peut développer un glaucome, une maladie chronique qui entraîne une détérioration irréversible de l’œil… sauf lorsqu’elle est prise en charge rapidement. En effet, grâce à une intervention rapide, la pression oculaire interne causée par le glaucome peut être diminuée.

La cataracte

Souvent confondue (à tort) avec la sclérose du cristallin, la cataracte est en réalité une opacification de ce dernier. Rappelons par ailleurs que la sclérose du cristallin, qui désigne la baisse de la qualité de transparence du cristallin, est une affection moins grave en cela qu’elle n’entraîne pas de cécité, en plus d’être somme toute normale à un âge avancé. En revanche, la cataracte, caractérisée par la couleur blanche de la pupille, peut causer la cécité en raison de l’opacité du cristallin. L’unique traitement de la cataracte est la chirurgie. Malheureusement, toutes les cataractes ne peuvent être traitées par une opération.

Les décollements de rétine

Les décollements de rétine sont assez fréquents chez les chats. Parfois, ils régressent sans intervention médicale, de manière totalement spontanée. Mais dans d’autres cas, les décollements de rétine chez le chat peuvent mener à la cécité totale. Cette affection potentiellement grave est caractérisée par des pupilles dilatées, même en pleine lumière. C’est le signe que la vision de votre chat est affectée. Il aura donc vraisemblablement tendance à se cogner dans les meubles de la maison. Dans ce cas, une consultation chez le vétérinaire s’impose de toute urgence.

L’uvéite antérieure

L’uvéite antérieure est également assez fréquente chez le chat. Elle se traduit par une inflammation de l’iris et du corps ciliaire, les deux éléments qui forment la partie antérieure de l’uvée (d’où le nom de l’affection). Egalement appelée iridocyclite car, rappelons-le, elle touche principalement l’iris, qui correspond à la portion colorée de l’œil. Il est par ailleurs intéressant de noter que l’uvéite antérieure peut toucher un œil de manière unilatérale (au cas où elle est provoquée par un traumatisme par exemple), ou au contraire être bilatérale lorsqu’elle est causée par une infection systémique.

L’uvéite antérieure bilatérale, souvent d’origine virale (virus de la leucose féline, virus de la péritonite infectieuse féline…) ou parasitaire, est une affection grave qui peut entraîner la cécité. Pour identifier la maladie, certains symptômes peuvent vous mettre sur la bonne voie, comme le fait que le chat évite la lumière et plisse les paupières pour éviter la douleur oculaire, ou que des vaisseaux sanguins soient visibles dans son iris et sa cornée perd sa transparence. A l’observation de l’un de ces signes, vous devez immédiatement emmener votre chat chez le vétérinaire. Ce dernier réalisera un diagnostic pour identifier la cause exacte de la maladie et prescrire le traitement adapté.

N’hésitez pas à faire un tour dans notre rubrique actualités pour en savoir plus sur les yeux du chat et comment en prendre soin.