Bien que les chats et chiens demeurent des choix classiques en termes d’animaux de compagnie, l’attrait pour les NAC, « nouveaux animaux de compagnie » grandit et en particulier pour les serpents. Toutefois, adopter un tel reptile n’est pas une décision anodine et mieux vaut se poser toutes les bonnes questions avant de sauter le pas. Quelles races sont conseillées pour les débutants ? Quel budget prévoir pour l’achat de l’animal mais aussi pour son habitat et son quotidien ? Quelle vigilance garder à l’esprit ? Les réponses ici.

A la recherche d’interactions avec un « nouvel ami » ? Passez votre chemin

Si pour vous, un animal doit interagir avec vous et vous apporter de l’affection, préférez un animal de compagnie classique, le serpent ne sera pas le bon choix.
Bien qu’il soit tout à fait possible d’éduquer et apprivoiser un serpent, il ne faut pas vous attendre à entretenir le même type de relation que ce que vous avez pu connaître avec un chat, un chien ou même un lapin.
Toutefois, le serpent est fascinant et pourra vous apporter une distraction certaine.
De plus, cet animal est un choix relativement facile au quotidien : il faut peu le nourrir, il ne présente pas de pathologies fréquentes, il n’a pas besoin d’être vacciné, n’émet pas d’odeur et ne fait pas de bruit.

Quelle type de serpent pour moi ?

Les serpents ont une espérance de vie relativement longue – généralement entre 10 et 30 ans ! Mieux vaut donc être sûr avant de s’engager.
Si vous vous lancez dans l’aventure reptile, nous vous conseillons d’opter pour un serpent de petite taille. Voici pourquoi.

L’avantage des petits serpents : l’espace

Il est primordial de dédier un terrarium de taille adaptée à la race de votre serpent. Pour la plupart des petits serpents, un terrarium d’un mètre de longueur suffira alors que pour un spécimen de grande taille (2m par exemple), il faudra plutôt se tourner vers un habitat de 1,5 ou 2m voire plus.

Des spécimen plus faciles à manipuler

Non, bien que cette race soit majestueuse, nous ne vous recommandons pas de choisir un Boa Constrictor comme premier serpent ! Pour un animal de plus de 2m, il sera presque indispensable de vous y prendre à plusieurs pour le manipuler, pour des questions de sécurité et même de capacité physique. A l’inverse, les petits serpents constituent une option plus pratique et plus sécurisante.

L’entretien ne sera pas une corvée

Un serpent doit manger… en quantité proportionnelle à sa taille ! Les serpents se nourrissent le plus souvent de rongeurs – rassurez-vous, il est possible de les acheter congelés. Évidemment, si votre serpent est de petite taille, il aura un plus petit appétit et pourra se contenter d’une souris (et non pas de lapins par exemple) parfois seulement tous les 10 jours environ. Mais renseignez-vous pour adapter la fréquence à ses besoins.

Quelle race pour moi ?

Il est important de bien connaître les caractéristiques et besoins des différentes races pour guider votre choix. Parmi les critères, on peut noter : le caractère (les plus dociles étant recommandés pour les débutants), l’aspect physique, la façon dont on peut le manipuler, s’il vit au sol, grimpe ou aime creuser… Pour démarrer sereinement la belle aventure de la cohabitation avec un serpent, voici quelques races que nous recommandons.

Le Corn snake ou serpent des blés (Pantherophis guttatus)

Ses trois points forts : il se laisse facilement manipuler, il dépasse rarement les 1,20 ou 1,30m à l’âge adulte et il présente peu de problèmes de santé. Ce n’est pas pour rien qu’il s’agit d’une espèce populaire parmi les nouveaux propriétaires de serpents.

Le serpent roi ou King Snake (Lampropeltis getulus)

De la même famille que le premier, il en existe près de 20 espèces. Couleuvre inoffensive, de petite taille (entre 1m et 1,30m) et pouvant donc facilement vivre dans un terrarium mesurant 80x40x40 cm, c’est un choix malin pour les débutants. Une attention particulière : maintenir pendant la journée une chaleur entre 27 et 32°C, et 24° la nuit.

Le Python royal ou Ball Python (Python regius)

Il est le plus « facile » parmi les pythons. Il mord peu, est plutôt calme, facile à nourrir (en particulier quand il a été élevé en captivité) et existe dans une grande variété de couleurs. Il doit être nourri une fois par semaine quand il est jeune puis tous les 10 jours à l’âge adulte.

Le serpent jarretière (Tamnophis)

C’est également un bon animal de compagnie. Petit et fin, il peut vivre dans un terrarium de 60 cm de longueur. Mais attention, il est aquatique donc il lui faut un petit bassin. On aime son aspect, ses rayures de couleur orange, bleue et noire. Autre avantage au quotidien : il se nourrit de poissons.

Le boaedon ou serpent des maisons (Lamprophis)

De petite taille, originaire d’Afrique et ayant besoin d’un terrarium de type désertique, il présente un caractère doux et se contentera très facilement d’un habitat de 80x40x40cm. Il se laisse facilement manipuler et nourrir, à raison d’une souris tous les 7 à 10 jours.

Bien sûr, la liste n’est pas exhaustive ! N’hésitez pas à demander conseil auprès d’éleveurs ou en animalerie spécialisée.

Quel budget prévoir ?

L’achat du serpent

Selon les races, il évolue entre 70 et 9000 CHF. Les variations sont donc importantes et nous vous recommandons de vous diriger vers une race réputée peu onéreuse pour débuter. Dans tous les cas, comparez ! Vous pourrez trouver des disparités selon les éleveurs et animaleries reptiles.

Son équipement

Pour un serpent en bonne santé et qui évoluera dans de bonnes conditions, un point primordial est de lui acheter un terrarium de taille adaptée. En moyenne, comptez 400 CHF pour le terrarium, le nécessaire pour chauffer et éclairer (les deux points à ne surtout pas négliger), le substrat, les espaces pour se cacher au sol et, selon les races, les branches ou le bassin, et enfin la décoration.
Le coût de la nourriture est bas en raison de sa capacité à maintenir sa température sans avoir besoin de manger souvent.

A quelle réglementation se plier ?

Il existe quelques spécificités selon les cantons mais en général, les serpents venimeux sont souvent soumis à une réglementation ainsi que les non venimeux de plus de 3m.
Dans le Valais par exemple, on vous demandera de suivre quelques heures de cours pour obtenir une autorisation des services administratifs. Dans tous les cas, vérifiez les nécessités auprès des services vétérinaires.
Enfin, la loi sur la protection des animaux impose, évidemment, de prendre soin de son animal et de mettre à sa disposition le nécessaire à son bien-être – en particulier un espace suffisant.

Adopter un serpent est une aventure fascinante qui promet de vous distraire pendant longtemps voire, de vous donner envie de voyager pour pouvoir observer d’autres espèces en milieu naturel. Dans tous les cas, prenez le temps de la réflexion. Soyez certain d’opter pour une race adaptée à votre espace, vos envies, votre budget.

Avez-vous un serpent chez vous ? Que recommanderiez-vous aux personnes souhaitant adopter un serpent ? Partagez votre expérience sur notre page Facebook !