Tout savoir sur la colombe domestique

Espèce d’oiseau de la sous-famille Columbinae, la colombe dite domestique est très appréciée pour sa belle robe et son élégance qui font sa beauté. Naturellement grégaire, la colombe aime vivre en groupe, et voler dans sa volière au quotidien pour entretenir son impressionnante musculature. Ajoutons à cela que cet oiseau est particulièrement facile à élever, et peut même être dompté lorsqu’on s’y prend correctement. Sachez toutefois que la colombe produit beaucoup de saletés, ce qui implique un entretien régulier et souvent chronophage de sa volière. Vous avez envie d’élever des colombes domestiques ? Voici tout ce que vous devez savoir sur cet oiseau symbole de paix !

Qui est la colombe ?

La question est quelque peu ambigüe, et nous allons vous expliquer pourquoi. Nous vous le disions, la colombe appartient à une espèce d’oiseau de la sous-famille Columbinae. Or, il faut savoir qu’on attribue l’appellation « colombe » à plusieurs espèces de cette sous-famille, généralement pour désigner des oiseaux à robe blanche de taille inférieure à celle des pigeons. Le terme peut donc désigner une Géopélie diamant, la plus petite colombe du monde, au même titre qu’un Pigeon paon blanc ou des tourterelles. Pour un débutant, difficile de faire la différence entre une colombe domestique et un pigeon biset blanc.

Les principales caractéristiques de la colombe domestique

Généralement, l’appellation colombe domestique renvoie aux oiseaux de couleur blanche de la famille des Columbidae, mais aussi, rappelons-le, à la sous-famille des Columbinae. Il existe plus de 300 espèces répertoriées de colombes, qui peuvent mesurer de 25 à 33 cm à l’âge adulte, et présentent toutes une silhouette élancée, avec un cou fin, des pattes et un bec courts et une tête de petite taille. Le plumage de l’oiseau est souvent blanc, quoique certaines espèces comme la Géopélie diamant, originaire d’Australie, présentent d’autres coloris en raison de multiples mutations. Toujours du point de vue physique, la colombe est particulièrement musclée et athlétique.

Eu égard à leur caractère, les colombes sont des oiseaux grégaires, ce qui veut dire qu’elles aiment à se rassembler avec leur congénères. A l’état sauvage, les colombes sont des oiseaux assez polyvalents, pouvant s’épanouir aussi bien dans la nature que dans les milieux urbains. Côté alimentation, elles apprécient surtout les graines, mais aussi des baies sauvages de temps à autre. Enfin, pour ce qui est de la reproduction des colombes, celles-ci nécessitent un grand espace, raison pour laquelle il est essentiel de placer les colombes apprivoisées dans des volières spacieuses plutôt que dans une cage.

La reproduction des colombes

Les colombes peuvent se reproduire tout au long de l’année à partir de l’âge d’un an, qui correspond à leur maturité sexuelle. Pour séduire la femelle, le mâle lui fait une cour assidue, sans relâche. Souvent, lorsqu’un couple de colombes se forme, au prix d’une cour inlassable, il ne se sépare plus. Après fécondation, la femelle pond 2 œufs, et la couvée dure environ 2 semaines dans le nid. Passée la période d’incubation et après éclosion des œufs, les parents s’alternent pour nourrir les petits au lait de jabot, grossièrement appelé « lait de pigeon ». Il s’agit d’un lait très nutritif (riche en protéines, eau, graisse, calcium, phosphore…) sans lactose ni amidon, produit à la fois par la femelle et le mâle. En se nourrissant au lait de pigeon, les petits deviennent parfaitement autonomes en à peine 30 jours.

Particulièrement prolifiques, les colombes peuvent avoir jusqu’à 6 couvées par an et donner naissance à 12 petits.

Colombes : comment distinguer les mâles des femelles ?

Pas facile de différencier une colombe mâle d’une colombe femelle. La raison à cela est que cette dernière est capable d’imiter le comportement des mâles. Cela dit, bien que les deux se ressemblent, on peut distinguer les mâles des femelles en observant leur physique et leur comportement. Le mâle, par exemple, est reconnaissable à son roucoulement tôt le matin, à ses petits bonds, mais aussi à son corps plus gros et à son ventre plus volumineux.

Elevage de colombes : conseils et bonnes pratiques

Rappelons, au risque de nous répéter, que les colombes apprécient l’espace, à la fois pour voler au quotidien et pour se reproduire. Il est donc conseillé de prévoir une grande volière, à toit fermé et non grillagé, dans un endroit à l’abri des intempéries (pluie, courant d’air, vent…). En cas d’élevage de plusieurs couples de colombes, optez pour une volière de 2,50 m de hauteur, et de 10 x 5 m. En règle générale, il est recommandé de prévoir 1 mètre par oiseau. Il est aussi conseillé de prévoir un côté en panneau plein, ce qui permet aux colombes de cacher leur nid.

Côté équipement, veillez à installer un plateau de sol, idéalement recouvert de paille pour vous faciliter l’entretien de la volière. Nous vous le disions, les colombes salissent beaucoup et produisent quantité de déchets. En optant pour une couverture en paille, tout ce que vous aurez à faire est de balayer régulièrement avant de remplacer le plateau de sol. Aussi, la volière doit être dotée d’un pondoir, de quelques perchoirs (2 à 3) installés en hauteur et d’un nid. Concernant ce dernier, il est conseillé d’éviter l’osier et de le remplacer par la terre cuite. Vous pouvez aussi laisser les colombes confectionner elles-mêmes leur nid, simplement en déposant des brindilles et des aiguilles de pin dans la volière.

Venons-en à présent aux mangeoires et abreuvoirs des colombes. Les premiers doivent être solidement fixés au sol, au fond de la volière, et les seconds installés en hauteur, pour ne pas qu’ils soient salis par les excréments. Les colombes appréciant la baignade, vous pouvez déposer un petit bac au sol. Attention, ce dernier doit être peu profond.

L’alimentation des colombes

Granivores, les colombes apprécient toutefois quelques baies sauvages de temps en temps. Vous trouverez l’essentiel de l’alimentation des colombes dans les commerces spécialisés, qui commercialisent des mélanges de graines prêts à l’emploi, contenant généralement du maïs, du riz, du blé et du sarrasin (entre autres). Notez par ailleurs que ces oiseaux nécessitent un type de gravier adapté pour favoriser la digestion et plus généralement pour le bon fonctionnement de leur gésier. Placez-en donc en fond de cage, et n’oubliez pas de renouveler l’eau de l’abreuvoir au quotidien. En outre, les colombes ont besoin d’iode et de calcium pour la bonne formation des œufs et la croissance des petits. Vous pouvez leur en apporter grâce aux écailles de mer qu’on trouve dans le gravier.

Santé et soins

La règle d’or à respecter en ce qui concerne la santé des colombes est l’hygiène. Rappelons encore une fois que la colombe salit beaucoup, vous devez donc nettoyer la volière au moins une fois par semaine pour éviter toute prolifération bactérienne, source de maladies diverses. Rappelons qu’un plateau de sol en paille est idéal pour faciliter l’entretien de la volière. Si vous n’en trouvez pas, vous pouvez la remplacer par des journaux. Rappelons aussi que vous devez renouveler l’eau de l’abreuvoir au quotidien. Pour ce qui est de la coupe des ongles, celle-ci n’est pas nécessaire pour les colombes. Idem pour l’arrachage des plumes fragiles ou cassées, les colombes s’en occupent elles-mêmes.

Envie d’élever des colombes ? Rendez-vous dans notre rubrique annonces !