Tout savoir sur la satiété chez le chat

Lorsqu’il s’agit de la satiété du chat, les propriétaires de ces petites boules de poils se retrouvent souvent confrontés à un dilemme : comment nourrir le chat en gardant son poids de forme, sans qu’il n’ait constamment faim ? Contrôler la satiété du chat n’est pas une partie de plaisir, en raison du comportement alimentaire très particulier de ce félin. Certains chats, gloutons, consomment leurs besoins caloriques quotidiens en quelques minutes tandis que d’autres, ayant un accès permanent à la nourriture, semblent être capables de se réguler.

Qu’est-ce que la satiété chez le chat ?

Que ce soit chez le chat ou chez une autre espèce animale, la satiété correspond à l’état de rassasiement, qui se traduit par une sensation d’estomac plein. Là où les choses se compliquent, c’est au niveau du processus de régulation de la satiété chez le chat car, vous ne le savez peut-être pas, mais il s’agit d’un mécanisme qui implique autant l’estomac que le cerveau. L’idée est donc d’apporter un « sentiment » de satiété à votre félin, en lui donnant la possibilité de manger à sa faim, mais sans dépasser ses besoins caloriques quotidiens pour éviter le surpoids. Autant vous dire que ça ne sera pas gagné d’avance…

L’atteinte de la satiété chez le chat

La question qu’on se pose ici a trait au processus d’atteinte de la satiété chez le chat. Commençons par souligner que celui-ci se décline en 3 phases successives qui correspondent au comportement alimentaire du félin : la phase appétitive, la phase de consommation et la phase de rassasiement. La première désigne l’étape de stimulation de l’appétit qui intervient après une baisse du taux de sucre dans le sang. Pour dire les choses plus simplement, lorsque le chat a faim, son appétit est aiguisé, notamment par l’odeur ou le goût de l’aliment.

Vient ensuite la phase de consommation, ou phase prandiale, qui désigne l’étape d’ingestion du repas. Plus la quantité d’aliments ingérés augmente, moins le repas est attractif aux yeux du chat, grâce à des signaux de distension gastrique. Enfin, la phase de rassasiement post-prandiale correspond à l’état de satiété. Trêve de technicité, et passons à une question qui nous intéresse de plus près : de quoi dépend la satiété de votre chat ?

Les facteurs de la satiété du chat

Le mécanisme de satiété du chat n’est pas bien différent du nôtre, en cela qu’il dépend d’une multitude de facteurs, notamment ceux liés à la prise alimentaire comme le volume de la ration, sa composition et le temps passé à manger. Eu égard à la composition du repas, lorsque celle-ci est calorique, votre chat arrivera à satiété plus rapidement. Quant au temps passé à s’alimenter, plus il sera long, plus l’estomac aura la latitude d’envoyer un signal pertinent au cerveau. Inversement, si le chat mange trop vite, son estomac aura moins le temps d’indiquer au cerveau que le besoin alimentaire du félin est satisfait, ce qui entraîne une surconsommation, et donc un risque d’obésité.

Nous vous le disions, la satiété ne dépend pas que de facteurs physiques. Autrement dit, elle ne concerne pas que l’estomac, mais également le cerveau. Concrètement, la satiété chez le chat est directement liée à un ensemble d’hormones comme la ghréline, la leptine, l’insuline… Elle dépend aussi de l’hypothamlamus, un organe qui, avec d’autres régions de l’encéphale, envoie des signaux de rassasiement en fonction de l’état d’embonpoint du chat. Pour ne rien arranger, certaines maladies et états physiologiques comme le diabète ou la stérilisation peuvent avoir un impact sur le sentiment de satiété chez le chat. Par exemple, dès lors qu’il est stérilisé, le chat n’arrive plus à réguler sa consommation d’aliments comme avant. Rappelons enfin que le chat a un comportement alimentaire très particulier, notamment le fait qu’il ne mangera pas forcément, même s’il a faim, lorsque le repas ne lui plaît pas.

Contrôler les facteurs influençant la satiété chez le chat 

 Comment contrôler les facteurs qui influencent la satiété chez le chat ? Tout dépend du profil du chat, ou plus précisément de l’origine de la défaillance de son comportement alimentaire. Prenons l’exemple des chats gloutons, c’est-à-dire qui mangent de façon excessive. Vraisemblablement, cela est dû au fait que l’estomac n’envoie pas de signal au cerveau pour que l’animal s’arrête de manger. C’est ce qu’on appelle la satiété intra-repas, souvent liée à la vitesse d’ingestion du chat. Comme on l’a évoqué précédemment, un chat qui mange vite ne laisse pas assez de temps à son estomac pour envoyer un signal de rassasiement au cerveau. Si tel est le cas, pas de panique, la solution est assez simple. Il suffit de jouer sur les rations et le contrôle calorique des repas du félin. 

Apporter un sentiment de satiété au chat : mode d’emploi

Chat qui mange des croquettes

C’est peut-être difficile, mais il est tout à fait possible d’apporter un sentiment de satiété à votre chat. A ce niveau, la première règle à respecter est d’éviter de frustrer le félin, en s’adaptant à son besoin de s’alimenter par petits repas fréquents au cours de la journée. Il est donc essentiel de respecter son rythme, de coller en quelque sorte à son comportement alimentaire caractéristique, en lui servant une ration alimentaire complète et adaptée à son âge, son état physiologique et à son niveau d’activité.

Si votre petite boule de poils est de type glouton, nous vous recommandons de lui servir une alimentation riche en fibres, à même de lui apporter un sentiment de satiété sans augmenter son niveau calorique. Dans le même ordre d’idées, veillez également à ce que l’alimentation de votre chat soit mixte (sèche et humide), justement pour lui apporter une sensation de satiété plus rapide, tout en augmentant son apport hydrique et son activité.

Aliments humides et protéines

Il faut savoir que la teneur en eau d’un aliment est directement liée à la sensation de satiété chez le chat. En d’autres termes, plus un repas contient de l’eau, plus le chat arrivera au stade de rassasiement rapidement. Attention toutefois à la teneur en eau du repas du chat, car au-delà d’un certain seuil, cela peut causer un inconfort digestif au félin. Sachez également que, bien qu’ils apprécient les croquettes, les chats ne sont pas complètement adaptés à la nourriture industrielle, en cela que leur organisme n’arrive pas à évaluer avec exactitude la densité énergétique des aliments qu’ils consomment. D’où l’importance de privilégier les aliments humides, qui contiennent une quantité d’eau proche de l’alimentation naturelle du chat à l’état sauvage.

Par ailleurs, il faut savoir que les protéines ont un puissant pouvoir satiétogène chez le chat, pour peu que leur taux soit supérieur aux 30% qu’on retrouve habituellement dans les croquettes. Pour combiner les deux (teneur en haut et protéines), nous vous conseillons de privilégier les pâtées et la viande non transformée, excellents pour apporter un sentiment de satiété au chat.

Vous avez du mal à contrôler la satiété de votre chat ? Trouvez un vétérinaire spécialisé dans notre rubrique annonces !