Ce trouble gênant peut être d’origine multiple. S’il se produit fréquemment et concerne le chien adulte, il est important de déterminer sa cause. 

Voir son chien manger des crottes – les siennes ou celles rencontrées en chemin – est pour le moins désagréable. Sans parler de l’haleine qu’il va ensuite dégager… Pourtant, ce comportement, nommé coprophagie, est assez fréquent. Lorsqu’on est confronté à cette situation, il convient de comprendre si elle est normale ou pas. Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte, mais l’un des principaux est lié à l’appétence de certaines crottes. L’ingestion de crottins de cheval ou de bouses de vaches s’explique aisément par leur goût attractif pour les canidés, n’en déplaise aux propriétaires de ces derniers. Chez le chiot âgé de quelques semaines, il est également normal qu’il explore de cette manière son environnement. Dans ces cas-là, il ne faut pas s’inquiéter, d’autant moins si l’absorption est occasionnelle. En revanche, il est anormal qu’un chien adulte mange ses propres crottes ou celles d’autres congénères de manière régulière. «La coprophagie n’est pas dangereuse en soi, cependant ce que contient la matière fécale – virus, bactéries, parasites ou résidus médicamenteux – peut l’être», avertit Vannozza Gauthier, du Centre vétérinaire du Château, à Échallens (VD). Il est donc important d’essayer de déterminer l’origine de cette habitude, pour tenter de la faire disparaître. 

La diversité des causes possibles rend cependant le diagnostic parfois délicat. «Une pathologie digestive ou une alimentation inadaptée peuvent déclencher ce comportement, explique la professionnelle. Des résidus alimentaires se retrouvent alors dans les selles, ce qui augmente leur appétence. C’est notamment le cas lorsque la nourriture est peu digeste ou lors de suralimentation.» Un chien coprophage peut aussi souffrir de parasites intestinaux qui conduisent à une malabsorption, d’une gastrite chronique, de carences en vitamines, ainsi que d’une maladie inflammatoire chronique de l’intestin. «Si aucune pathologie n’a été décelée, un trouble du comportement, lié à de l’anxiété, de l’ennui ou tout autre élément générateur de stress, est probablement en cause», note la vétérinaire vaudoise. Bien qu’il soit souvent difficile de corriger cette habitude, le recours à un éducateur canin est alors indiqué. Il est également possible d’ajouter à la nourriture des éléments susceptibles d’altérer le goût des selles, afin de les rendre moins attrayantes.

Chien
COPROPHAGIE Plusieurs espèces, comme le lapin, le chinchilla, la marmotte et le koala, ont la particularité de consommer une partie de leurs crottes, issues du premier passage dans l’intestin. Nommées caecotrophes, celles-ci sont encore riches en éléments nutritifs. Le système digestif de ces herbivores s’est en effet adapté pour tirer au maximum profit d’une nourriture assez pauvre et difficile à assimiler. Le bol alimentaire transite ainsi à deux reprises par le système digestif, les crottes issues de la seconde digestion étant dures et sèches.

Véronique Curchod