Toiletter régulièrement son chat avec une brosse adaptée est indispensable, d’autant plus si ses poils sont longs. En cette période de mue, le pelage nécessite une attention accrue, afin d’éviter les noeuds. 

Chaque jour, le chat passe beaucoup de temps à prendre soin de sa fourrure. Pourtant, cette toilette quotidienne est parfois insuffisante pour garantir un beau pelage. Cela est particulièrement vrai en fin d’hiver, lors de la mue. Cette période présente en effet un risque accru de voir des noeuds se former. Pour aider son animal à éliminer le sous-poil mort et enlever les noeuds déjà existants, un brossage régulier est donc indispensable. La fréquence varie selon les individus. Les chats aux poils mi-longs ou longs, ainsi que ceux dont le pelage a une texture particulièrement douce, comme les birmans sacrés, feutrent plus facilement. L’âge joue également un rôle. En vieillissant, certaines douleurs, liées notamment à de l’arthrose, empêchent les chats de se toiletter correctement. Il en va de même pour les sujets en surpoids, qui voient certaines zones devenir moins accessibles. Parfois, il est impossible de démêler les noeuds à cause de leur densité. On peut être alors tenté de les couper avec des ciseaux à bouts ronds. Le risque est cependant élevé de blesser la fine peau du chat, d’autant plus que la base des noeuds est souvent collée à la peau. Dans tous les cas, il faudra s’armer de patience et agir en plusieurs fois, avec l’aide d’une personne qui tient le chat. Les félins n’appréciant pas toujours l’exercice, il est préférable de se rendre chez son vétérinaire si la quantité de noeuds est très importante. Celui-ci utilisera une tondeuse pour en venir à bout, au besoin sous sédation si l’animal est anxieux. 

Loin d’être uniquement inesthétique, un pelage mal entretenu peut également gêner le chat et favoriser l’apparition de certaines pathologies. Les noeuds empêchent en effet la peau située au-dessous de respirer, avec pour conséquences un risque accru d’affections cutanées, ainsi que l’apparition de séborrhée et de pellicules. De plus, suivant les endroits où ils se situent, les noeuds peuvent gêner le félin dans ses mouvements. Un brossage régulier permet en outre d’éviter que votre chat n’ingurgite trop de poils pendant sa toilette. Ceux-ci peuvent conduire à la formation d’agglomérats dans l’intestin, qui risquent d’être problématiques.



ATTENTION À L’ALIMENTATION 

Le pelage du chat devrait être brillant et soyeux. Un poil terne et une importante perte de poils peuvent résulter d’une carence en acides gras essentiels, en protéines, en sels minéraux, ainsi qu’en diverses vitamines. Ces éléments ne sont pas toujours présents en quantité suffisante dans les aliments standards. Si, malgré une alimentation adaptée, la fourrure n’a pas un bel aspect, l’administration de compléments alimentaires peut être indiquée. 


Véronique Curchod