Tout savoir sur le poney Shetland

Le Shetland est une race de poney originaire d’Ecosse, et plus précisément des îles Shetland, qui ont prêté leur nom à ce charmant petit cheval. Reconnaissable à sa taille réduite, le poney Shetland est l’un des plus petits équidés de la planète. Envie d’en savoir plus sur cette race de poney ? Lisez la suite !

Poney Shetland : histoire et origines

Nous vous le disions, le poney Shetland tire son nom des îles dont il est originaire, situées au large de l’Ecosse et de la Norvège, dans la Mer du Nord. C’est dans les îles Shetland qu’on retrouve des traces de cette petite race de poney, remontant à 2 500 ans avant J-C. Des questions se posent toutefois sur comment ce poney a « atterri » dans l’archipel écossais. Des questions qui n’ont toujours pas de réponse exacte, si ce n’est des théories et autres conjectures. L’une d’entre elles avance que cette race de poney a pour ancêtre les chevaux des steppes eurasiennes. Ceux-ci seraient venus en Ecosse en l’an 8 000 avant J-C., avant la séparation des terres. Une autre théorie stipule que ce sont les premiers habitants de l’archipel qui ont rapporté le poney Shetland, l’utilisant pour le transport, les travaux de champs et se servant de son poil pour la confection de vêtements.

Au fil des siècles, le rôle du poney Shetland va progressivement changer, notamment avec la révolution industrielle au 19e siècle. A cette époque glorieuse de la mécanisation, l’animal est troqué pour des machines agricoles plus efficientes. En même temps, les enfants sont interdits de travail dans les mines par le gouvernement britannique, ce qui ouvre une nouvelle voie au poney Shetland, alors utilisé pour tracter les wagonnets dans les mines de charbon d’Ecosse. C’est grâce à cette utilité retrouvée que le premier élevage intensif de cette race de poneys est créé par un certain Lord Londonderry qui, en 1891, participe à la mise en place du premier stud-book de poneys Shetland. Mais ce ne sera que partie remise, puisque la mécanisation galopante enlève toute utilité à l’animal après la première guerre mondiale, qui n’est plus utilisé dans les mines. Son élevage sera toutefois sauvé par l’amour de la reine d’Angleterre pour la race. La reine faisant et défaisant les tendances à l’époque, le poney Shetland est alors l’animal favori de l’aristocratie anglaise. Par conséquent, l’intérêt pour la race grandit dans les centres équestres, son élevage s’intensifie, et l’Ecosse en exporte massivement vers le reste de l’Europe et l’Amérique du Nord.

Les caractéristiques physiques du poney Shetland

S’il est aujourd’hui facilement reconnaissable à sa taille minuscule (pour un cheval !), on pense cependant que le poney Shetland n’a pas toujours été aussi petit. En effet, l’animal a pâtit d’hivers glaciaux et d’alimentation pauvre en calories depuis l’âge de bronze, ce qui pourrait expliquer sa taille réduite actuelle : 100 à 110 cm au maximum, pour un poids allant de 150 à 200 kg. Ces proportions font du poney Shetland un animal trapu, doté d’une grande tête et de petites oreilles pointant vers le haut. Ne vous laissez toutefois pas berner par sa petite taille ! Le poney Shetland est un équidé robuste, doté d’une puissante encolure.

Les caractéristiques physiques du poney Shetland montrent clairement qu’il est paré pour l’hiver. Equipée pour le froid glacial des îles Shetland, cette race de poney dispose d’une longue crinière typique, très épaisse, retombant sur ses yeux en longue frange. Lorsque l’hiver pointe le bout de son nez, le poney Shetland se laisse pousser le poil, prenant des allures hirsutes. Pour mieux affronter la saison froide, l’animal a un sous-pelage épais, en plus d’une couche extérieure imperméable, qui empêche l’eau d’atteindre sa peau. Côté couleurs, le stud-book admet toutes sortes de robes, à l’exception du tacheté.

Le caractère du poney Shetland

Poney Shetland et sa cavalière

Côté caractère, le poney Shetland est plutôt de nature calme. Il a par ailleurs une impressionnante capacité à s’allier les enfants, envers lesquels il sait se montrer amical. S’il est habitué à la présence humaine dès son plus jeune âge, le poney Shetland se laissera facilement manipuler. En revanche, lorsqu’il n’est pas accoutumé à se frotter aux humains, il peut se montrer têtu, et refuser vivement de se laisser approcher ou caresser. S’il est un trait de caractère typique des poneys Shetland, ce serait sans doute l’obstination. En effet, cet équidé a une réputation d’animal têtu qui, dans certaines conditions, refusent les ordres et fait comme bon lui semble. Mais pas de panique car, en l’éduquant comme il se doit, le poney Shetland saura se montrer plus docile.

Si vous comptez élever un poney Shetland, vous serez heureux d’apprendre que l’animal est volontairement curieux et attentif. Autrement dit, il a une appétence certaine pour l’apprentissage. Il revient donc à l’éleveur de lui apporter une éducation adaptée, notamment pour éviter qu’il ne soit hargneux, ou encore qu’il s’ennuie. Sachez par ailleurs que le poney Shetland est de nature grégaire. La compagnie de ses congénères est indispensable à son épanouissement. Tant qu’il se sent bien, cet équidé sera le compagnon parfait de tout cavalier qui souhaite apprendre à monter à cheval, particulièrement les enfants.

Que mange un poney Shetland ?

Venons-en à présente à l’alimentation du poney Shetland. Pour commencer, sachez que cet équidé a une réputation de véritable tondeuse à gazon, ce qui en fait un allié de choix pour l’écopâturage. Cela veut dire qu’il se nourrit essentiellement dans les pâturages. Cela dit, vous devrez complémenter son alimentation avec des fourrages (paille ou foin), mais aussi avec des fruits et légumes comme les pommes et les carottes, qu’il apprécie tout particulièrement. Il est également possible de nourrir un poney Shetland avec des céréales, ou de l’avoine. Quel que soit le complément choisi, veillez à ne pas trop nourrir l’animal, notamment en été, saison durant laquelle il n’a pas besoin de beaucoup de calories.

Très gourmand, le poney Shetland court le risque d’obésité s’il est nourri de manière incontrôlée. C’est pour cela qu’il est conseillé de mettre un panneau interdisant aux visiteurs de nourrir l’animal s’il se trouve dans un enclos. En règle générale, le régime du poney Shetland doit être pauvre en protéines, mais riche en vitamines, en oligo-éléments et en minéraux.

Poney Shetland : santé et soins

Le poney Shetland étant un animal rustique, il est particulièrement robuste et résistant aux maladies. Cela ne veut toutefois pas dire qu’il est immunisé, loin de là. Au cours de ses 30 à 35 ans de vie, l’équidé n’est jamais à l’abri d’une congestion inflammatoire aiguë du pied, causée par un trop plein de glucides solubles dans son alimentation. Il court aussi le risque d’être atteint par la gale de boue, car son pelage épais a tendance à retenir l’humidité.

Pour ce qui est des soins à apporter au poney Shetland, vous n’aurez pas grand-chose à faire puisque l’animal s’occupe très bien de lui-même. En effet, cet équidé brosse régulièrement son pelage sur les arbres, se gratte aux poteaux et se roule dans le sable. Cela dit, vous devez tout de même lui assurer un entretien périodique, sous forme de lavage, brossage et peignage pour le maintenir en bonne santé, mais aussi pour le faire beau ! Attention toutefois à ne pas négliger les jambes et les sabots de l’animal. Ces derniers doivent être nettoyés tous les jours au cure-dents et à la brosse à sabots.

Vous élevez des poneys Shetland ? Partagez votre expérience avec les autres lecteurs dans les commentaires !