Les canidés ont besoin de pouvoir s’ébattre quotidiennement en plein air. Certaines règles doivent cependant être respectées, afin de préserver la faune sauvage. 

 En ces temps où chacun rêve d’un bol d’air frais, se balader avec son chien en pleine nature apporte une évasion bienvenue. Pourtant, pas question de laisser celui-ci divaguer librement en forêt, sous peine d’amende. En effet, excepté le Jura et le Valais, tous les cantons romands imposent des restrictions entre début avril et mi-juillet. Sur Vaud, celles-ci sont entrées en vigueur 2019. «Durant ces quatre mois, les chiens doivent être tenus en laisse en forêt, en lisière et dans les prairies attenantes situées en zone agricole, informe Frédéric Hofmann, de la Direction générale de l’environnement, à Saint-Sulpice (VD). Il est apparu nécessaire de mettre en place une telle réglementation, en lien avec l’augmentation de la démographie et le développement des loisirs en forêt, qui mettent une pression toujours plus importante sur la faune sauvage.» L’interdiction est limitée au printemps et au début de l’été, car cette période de reproduction est particulièrement sensible. Les oiseaux qui nichent au sol, comme la bécasse des bois, sont particulièrement exposés. 

Éviter les accidents 

Chaque année, les garde-faune constatent de nombreux cas de dérangements, qui mettent parfois en péril le succès de la reproduction. Il n’est pas rare qu’ils retrouvent des chevreuils blessés ou morts à la suite de morsures de chien. Les levreaux peuvent également être des proies faciles, car leur mode de défense naturel est l’immobilisation. «Nous sommes conscients que de telles mesures sont contraignantes, admet Frédéric Hofmann. Laisser une place à la faune sauvage sans trop nuire à nos libertés est un vrai défi. Des compagnons bien dressés et des maîtres vigilants y contribuent.» Tous les chiens, même les plus petits, peuvent en effet être une source de perturbation. La vue ou l’odeur d’un gibier réveille souvent leur instinct de prédation, rendant l’animal difficilement contrôlable. Dans les réserves de faune, la tenue en laisse est obligatoire toute l’année. Vaud a aussi introduit l’interdiction pour les chiens de divaguer dans les pâturages occupés par du bétail. «Nous avons été amenés à réglementer cet accès, car ils peuvent entrer en conflit avec les chiens de protection ou disperser les troupeaux.»

Chien en promenade
RESPECTER LES CULTURES Les champs sont des propriétés privées, destinées à la production de nourriture, pour le bétail ou l’être humain. Il est interdit d’y pénétrer sans l’autorisation du propriétaire. Les déjections canines peuvent en outre être responsables d’avortements chez les bovins. De plus, le piétinement des jeunes pousses met en péril le développement des cultures.


Véronique Curchod