Plus faciles à gérer au quotidien, les chiens de petite taille font de merveilleux compagnons. Leur besoin de se dépenser ainsi que la nécessité de bien les éduquer ne doivent cependant pas être oubliés. Nos conseils.

Appréciés pour leur aspect adorable et le peu de place dont ils ont besoin, les chiens de petite taille rencontrent un succès croissant. Le chihuahua est d’ailleurs le chien de race le plus représenté actuellement en Suisse, selon les dernières statistiques de la banque de données Amicus. Les personnes âgées ou peu actives ainsi que les citadins vivant en appartement et les familles affectionnent tout particulièrement ces chiens au gabarit modeste. Perçus comme plus dociles et plus simples à gérer, ils accompagnent leur maître aussi bien au restaurant que dans les transports publics. Le seul point commun qui les relie est cependant leur petite taille, car il existe presque autant de morphologies, de tempéraments et de capacités physiques que de races. «Attention, un canidé de petite taille n’est de loin pas toujours synonyme d’animal d’appartement, comme on le croit souvent à tort, souligne Philippe Sautel, vice-président de l’Association romande des éleveurs de chiens de race. Si certains, plus pantouflards, comme l’épagneul japonais ou le pékinois, ont besoin de peu d’exercice, d’autres nécessitent un maître sportif pour se défouler, à l’image du jack russell, qui déborde d’énergie. Naturellement, le caractère varie également d’un individu à l’autre au sein d’une même race.» 

Chacun son caractère 

Avant d’opter pour telle ou telle race, il est crucial de cerner ses attentes en prenant également en compte d’autres paramètres, comme le temps dont on dispose ou ses capacités d’éduquer un chien. Certains supportent plus ou moins la solitude. «Le carlin a grand besoin de la compagnie de son maître et ne convient donc pas à quelqu’un qui travaille beaucoup, observe Nicole Pittet, éleveuse à La Joux (FR). Facile à éduquer et affectueux, il peut par exemple faire le bonheur d’une personne à la retraite ou d’une famille.» La question de l’aboiement est aussi à prendre en compte, quelques races étant connues pour leur instinct de gardien. Il n’est pas nécessaire d’être grand pour avoir du caractère et vouloir être le chef à la maison! Des races comme le shih tzu, le yorkshire terrier et le lhassa apso, entre autres, demandent du doigté pour être éduquées correctement, certains sujets se révélant particulièrement têtus! Côté économique, le budget lié à l’alimentation est, bien évidemment, inférieur à celui d’un grand chien, mais d’autres dépenses peuvent être importantes, comme pour le toilettage. Un lhassa apso ou un yorkshire terrier, notamment, réclament un entretien régulier de leur pelage par un professionnel. Un dernier point ne doit pas être oublié: mieux vaut ne pas trop les gâter en friandises. Il n’est en effet pas rare que ces chiens au gabarit modeste souffrent de surcharge pondérale.

Chihuahua
Le chihuahua. Plus petit chien du monde, il s’adapte à merveille à la vie en appartement et s’emmène facilement partout avec soi. Sa taille modeste ne doit cependant pas faire oublier sa forte personnalité. Dès son plus jeune âge, il est important de le sociabiliser, sans le surprotéger.
Yorkshire
Le yorkshire terrier. Malgré son élégance et son air aristocratique, ce chien attendrissant est loin d’être un animal de salon. Dynamique, il apprécie les balades. Doté d’un fort caractère comme tous les terriers, il a néanmoins besoin d’une éducation ferme. Son pelage nécessite un entretien régulier.
Bouldogue français
Le bouledogue français. Ce petit molosse remporte actuellement un grand succès grâce à son allure unique et son tempérament jovial, sans oublier sa forte personnalité. Peu sportif, il est avant tout un merveilleux compagnon. Il est sensible aux fortes chaleurs.
Bichon Maltais
Le bichon maltais. D’un blanc immaculé, ce chien joyeux à la santé solide est de très bonne compagnie en famille, notamment avec les enfants. Bon gardien, il est très attaché à son maître et supporte donc mal la solitude. Son poil long et soyeux requiert un brossage et un lavage réguliers.

En chiffres

Les races de petite taille 

  • 15 ans, leur espérance de vie moyenne. 
  • 1,5 à 3 kg, le poids du chihuahua, le plus petit d’entre eux. 
  • 26 777 chihuahuas recensés en Suisse; ce qui les place en tête des chiens de race. 
  • 2e et 3e place pour le yorkshire terrier et le jack russell terrier. 
  • 26 races appartenant au groupe des chiens d’agrément et de compagnie. 
  • 100 portées par année au Club suisse des chiens de petites races.

Questions à

Ivo Beccarelli, président du Club suisse des chiens de petites races 

Comment expliquez-vous le succès de ces races? 

Qu’on vive seul ou en famille, qu’on soit sportif ou non, qu’on habite à la ville ou à la campagne, il existe un chien de petite taille qui peut convenir à son quotidien. Ils peuvent s’adapter à toutes les situations, dans la limite de leurs capacités physiques. De plus, leur taille permet de les emmener plus facilement partout avec soi. Vu la demande croissante pour certaines races à la mode, comme le bouledogue français, il faut cependant veiller à acheter un chien chez un éleveur reconnu, qui respecte des critères de standard et de santé stricts. 

À quoi faut-il prendre garde? 

Malgré leur aspect craquant, qui évoque parfois une peluche, il est capital de ne pas oublier que ces animaux restent avant tout des chiens, avec les mêmes besoins qu’une grande race. Ils ont quatre pattes et peuvent marcher, sans être toujours portés! Sortir à l’extérieur pour se défouler et sentir une multitude d’odeurs est essentiel à leur équilibre physique et mental. Leur éducation et leur sociabilisation ne doivent pas non plus être négligées. Il n’est pas acceptable qu’un chien pince ou aboie à tout va, même s’il est petit.


Véronique Curchod