Avec son allure caractéristique, ce chat rare attire le regard. Mais il serait dommage de le réduire à sa seule morphologie: ce serait oublier son caractère placide et discret, très apprécié de ses maîtres. 

En découvrant les chats de l’élevage du Cry, à Chamoson (VS), impossible de ne pas être surpris par leur aspect atypique. Les oreilles recourbées vers l’avant, bien pliées, donnent l’impression que chacun d’eux porte une casquette. «Nous adorons leur apparence de nounours, tout en rondeur, s’enthousiasment Fabrice et Brigitte Coudray. Le scottish fold a une tête de personnage de dessin animé.» Voilà neuf ans que le couple élève ce chat particulier, avec une cinquantaine de naissances à la clé. «Isis, notre première scottish fold, a été offerte à notre fils par sa grand-mère, qui avait des amis éleveurs de la race. Nous avons trouvé leur allure un peu étrange, mais sommes vite tombés sous le charme, au point de faire naître nos premiers chatons.» Si les oreilles attirent l’oeil au premier abord, les éleveurs valaisans apprécient avant tout le tempérament de la race. «Ce sont des chats très calmes et pacifiques, note Fabrice Coudray. Ils sont affectueux, sans être pot de colle. Certains pourraient les trouver trop tranquilles, mais à nos yeux, ils sont parfaits!» 

Attention au croisement 

À cause de leurs drôles d’oreilles aplaties, on pourrait se demander si les scottish folds n’ont pas de problèmes d’audition. «Ils perçoivent les bruits tout aussi bien, souligne l’éleveur valaisan. Mais comme les autres chats, ils font souvent semblant de ne pas entendre! Malgré leur forme, ils peuvent bouger les oreilles dans une certaine mesure, les plaquant plus ou moins selon leur humeur.» En revanche, le gène dominant responsable de cette mutation génétique, quand il est homozygote, peut parfois conduire au développement d’une maladie des os et des cartilages. Appelée ostéochondrodysplasie, celle-ci génère une arthrose invalidante. Comme cette situation se présente principalement lorsqu’on marie deux représentants de cette race, il est interdit de croiser des scottish folds ensemble. «Nous accouplons donc nos femelles avec un british shorthair, qui a une morphologie similaire et a contribué à constituer cette race», explique Brigitte Coudray. Sur une portée, statistiquement, seule la moitié d’entre eux auront les oreilles pliées, les autres les ayant droites. Ces derniers, nommés scottish straights en Europe, sont considérés comme des british shorthairs en Suisse. 

Une race peu répandue 

À la chatterie du Cry, le couple s’investit chacun dans des tâches bien définies. Fabrice Coudray s’occupe plus particulièrement des mises bas. «La robe des nouveaux-nés est toujours une surprise, car il existe une grande variété possible. Mais découvrir peu à peu le caractère de chaque chaton est ce qui me plaît le plus.» Son épouse se charge d’emmener régulièrement leurs sujets en exposition, afin de mieux faire connaître la race. Flocon, l’une des filles d’Isis, leur première femelle, a ainsi été primée grande championne d’Europe. En 2014, la chatterie du Cry a également reçu le prix du meilleur élevage du LOS (livre des origines suisses). Au printemps prochain, une nouvelle portée devrait voir le jour. Malgré le nombre confidentiel de sujets, la demande est importante de la part de privés. Peu d’éleveurs en revanche s’y intéressent. «La race souffre d’une idée reçue quant à sa sensibilité aux maladies, regrette Fabrice Coudray. Les anomalies génétiques font un peu peur. Il n’en est pourtant rien.» Ce ne sont pas les cinq femelles qui se prélassent en toute quiétude sur des canapés, qui vont le contredire! 

Une dame et son chat
La Valaisanne Brigitte Coudray a commencé son élevage il y a vingt ans.
Chat scottish
«Flocon de Cry» est née dans l’élevage en 2010. Sa robe est de couleur seal tortie silver mink mackerel tabby, ses yeux sont verts.

Fiche signalétique

  • Origine Écosse. 
  • Morphologie Chat de taille moyenne à grande, caractérisé par ses petites oreilles repliées vers l’avant (fold signifie «plier» en anglais). Celles-ci peuvent être semi-pliées en leur milieu ou totalement aplaties sur la tête. Son corps musclé et compact est tout en rondeur, tout comme sa tête. Le pelage court est dense. Toutes les couleurs sont admises. Le nom de highland fold est donné à la variété à poil mi-long. 
  • Particularité Cette race tire son origine d’une chatte nommée Susie, qui naquit dans une ferme écossaise avec les oreilles repliées suite à une mutation génétique. Découverte par un couple d’éleveurs en 1961, celle-ci, ainsi que ses descendants, furent croisés avec des british shorthairs pour aboutir à la race actuelle. À noter qu’il est interdit de croiser des scottish folds entre eux. 
  • Prix 1800 francs pour un chaton sevré, vacciné et vermifugé, avec pedigree. 
  • Ses points forts Son apparence originale. Son caractère affectueux et calme. S’adapte bien à la vie en appartement. 
  • Ses points faibles Sa rareté rend son acquisition difficile. Ses oreilles, qui produisent plus de cire que la moyenne, nécessitent un nettoyage régulier. 
  • Élevages en Suisse romande Chatterie du Cry, Brigitte et Fabrice Coudray, Chamoson (VS), www. chatterieducry.ch, Cat Club romand, www.catclubromand.ch, Cat Club de Genève, www.catclubdegeneve.ch

Témoignage d'un propriétaire

 André Reuse et Câlin 

«J’ai toujours dit que j’adopterai un chat une fois à la retraite. Le moment venu, j’ai reçu un livre qui décrivait les différentes races. Les caractéristiques du scottish fold, plus particulièrement au niveau de son tempérament, m’ont séduit. Tout comme son allure hors norme, avec ses oreilles cassées qui lui donnent une tête de chouette! J’ai cependant dû être patient pour trouver un élevage. J’aime le caractère doux et calme de Câlin: il adore les caresses et n’a jamais griffé aucun de mes petits-enfants, malgré parfois leur maladresse. La manière qu’il a de s’endormir dans des positions incroyables me fascine. Chaque matin, avec une précision exemplaire, il vient réclamer une friandise.»


Véronique Curchod