Qui n’a jamais donné un morceau de fromage à un chien, pour lui faire plaisir… oubliant qu’il pouvait lui créer de graves problèmes digestifs ?

L’homme étant omnivore et le chien carnivore, le meilleur ami de l’homme a en effet un appareil digestif avec ses propres particularités. Découvrez comment il fonctionne, avec tout ce qu’il faut savoir sur le transit digestif du chien et sa digestion, pour ne plus jamais commettre d’erreurs.

Le système digestif du chien, comment ça marche ?

Transit digestif du chien, c’est quoi ?

Le transit digestif du chien se définit comme l’ensemble des mécanismes permettant le passage des aliments de la bouche vers le rectum, permettant de transformer ces aliments en bol alimentaire pour être assimilés, seuls les déchets étant alors éliminés sous forme de crottes ou matières fécales.

Le transit digestif correspond donc à la progression mécanique de l’alimentation (croquettes, ration ménagère…) à travers l’œsophage, l’estomac, l’intestin grêle, le gros intestin ou côlon, et enfin le rectum.

La digestion est l’ensemble du processus physico-chimique permettant ainsi l‘assimilation des nutriments, et l’élimination des déchets : elle fait intervenir deux organes supplémentaires, le foie et le pancréas, ainsi que les glandes salivaires.

Le transit digestif se résume donc à un parcours anatomique, ayant pour finalité un processus physiologique, l’alimentation du chien.
Cette durée du transit chien est variable selon la taille et les races, mais dure environ 5 à 15 heures.

Parcours anatomique : l’appareil digestif canin

Autant l’appareil digestif des ruminants est très différent de l’homme, comme celui de la vache avec plusieurs estomacs (polygastriques), autant celui de carnivores comme le chien s’en rapproche beaucoup (monogastriques). Il fonctionne pourtant différemment et tout propriétaire canin doit donc en connaître quelques caractéristiques pour éviter d’avoir à gérer des troubles digestifs chien !

Cavité buccale
À la différence de l’homme, le chien a de toutes petites incisives pour la préhension des aliments et de grosses molaires (carnassières) pour déchiqueter la viande.

Le savez-vous ? Si un chien perd ses incisives, il est inutile de modifier son régime alimentaire : la gencive prendra le relais en 24/48 heures.

Estomac

Situé contre le diaphragme, l’estomac du chien a un volume de 0,5 à 7 litres selon les races.
Sa caractéristique principale est d’être en partie mobile, cette laxité étant responsable parfois (notamment chez les grandes races) d’une pathologie gravissime et souvent mortelle, la torsion de l’estomac.
Suite à une dilatation gastrique aiguë (DGA), l’estomac se retourne, entrainant très rapidement un syndrome asphyxique, des troubles cardiaques et une péritonite. C’est une véritable urgence médicale canine.

Le savez-vous ? : Ne jamais faire faire d’exercice à un chien après son repas, et toujours fractionner les repas si le chien est goulu.

Intestins

Comme chez l’homme, le chien a un intestin grêle et un gros intestin.
L’intestin grêle mesure environ 3,5 fois la longueur du chien, soit le plus souvent entre 1,70 m et 6 m. Il s’organise en trois parties successives : le duodénum (20-60 cm), le jéjunum (le plus long, avec des anses très mobiles) et l’ileum (15 cm).
Le gros intestin, bien plus large, comprend le caecum et le colon.

Le savez-vous ? : Le chien n’a jamais d’appendicite, car il n’a ni appendice ni diverticule ileo-caecal marqué.

Physiologie du transit digestif et de la digestion

Cavité buccale

À la différence de l’homme, le chien mastique peu, pour terminer son repas au plus vite. Le rôle de la salive dans la digestion est donc bien moins important. Il faut noter en particulier l’absence d’amylase salivaire, expliquant que le chien digère moins bien l’amidon. Seule l’amylase pancréatique participe à sa digestion. C’est pourquoi le chien digère mal l’amidon du pain ou des pâtes, ainsi que l’amidon mal cuit.

Le savez-vous ? : Donner du riz insuffisamment cuit à un chien peut lui donner la diarrhée.

Estomac

À la différence de l’homme où la digestion gastrique ne dure qu’une heure, l’estomac est une étape essentielle à la digestion du chien.
Le transit gastrique dure en effet 4 à 10 heures, l’estomac ayant une vraie fonction de réservoir.
Pour éviter une DGA, le chien ne doit faire aucun effort important durant cette phase gastrique.
Le bol alimentaire est alors soumis à l’action du chyme gastrique (très acide, avec de l’acide chlorhydrique) et de différentes enzymes comme les pepsines.

Le savez-vous ? : Une sécrétion acide excessive peut donner comme chez l’homme des ulcères gastriques.

Intestins

Bien que l’intestin grêle soit court avec un transit intestinal rapide de 45 à 60 minutes, il participe à environ 15 % du processus de digestion.
Il est en affect actif sur la digestion des protéines, des glucides et des lipides, en complément de l’action des sucs biliaires et des sécrétions pancréatiques.
Lors de diarrhée chronique du chien associée à un syndrome malabsorption mal digestion, il y a d’ailleurs très souvent une pathologie intestinale.
Le gros intestin participe activement à la réabsorption de l’eau, déterminant le volume des selles et leur consistance : un chien défèque en moyenne 2 fois par jour.

Le savez-vous ? : Les chiots ont très souvent des vers intestinaux, impliquant un vermifuge canin régulier.

Troubles du transit digestif du chien

Une alimentation équilibrée et sans changements est conseillée pour éviter les problèmes digestifs du chien.
Il peut toutefois exister des troubles dans certains cas, soit en hypo, soit en hyper.

Transit digestif ralenti, constipation du chien

Comme chez l’homme, le chien peut souffrir d’un syndrome d’intestin paresseux, lié le plus souvent à un défaut d’exercice physique, une insuffisance en fibres dans l’alimentation ou une surcharge pondérale.

Ce ralentissement digestif peut créer des douleurs mécaniques, comme le ténesme, ou encore des proliférations microbienne de type fermentation.
Ces fermentations favorisent ensuite les gaz ou flatulences, tout en présentant à terme le risque de sécrétions de toxines.

Le savez-vous ? : Un peu de son permet de réguler le transit du chien par un moyen naturel.

Transit digestif accéléré, les diarrhées chroniques du chien

L’une des causes les plus fréquentes d’un transit trop rapide chez le chien résulte d’un problème de maldigestion ou de malabsorption.
En d’autres termes, l’alimentation est mal digérée car inadaptée à l’animal : trop de graisses, trop d’amidon ou trop de produits lactés sont souvent responsables. Les selles peuvent d’ailleurs avoir parfois un aspect décoloré assez caractéristique.
Il existe alors des moyens d’explorer ces problèmes digestifs, et de trouver une alimentation adaptée.

Dans certains cas, le problème peut être plus complexe comme du pica (le chien avale des produits non alimentaires), des intoxications, du stress, des vers, des troubles métaboliques ou organiques, un problème pancréatique... Une diarrhée chronique doit toujours amener à consulter, car le chien finit par s’affaiblir.

Le savez-vous ? : Un problème de flatulences du chien traduit toujours un problème de mauvaise digestion mauvaise absorption.

En conclusion, il faut toujours apporter à son chien une alimentation équilibrée, riche notamment en protéines de qualité, faciles à digérer. Pour éviter les troubles du transit et les troubles digestifs, il est conseillé d’éviter les friandises humaines et de ne pas changer de régime alimentaire. Votre chien s’en portera mieux et ses crottes seront plus faciles à ramasser !