Rarissime, ce chien mérite d’être mieux connu. Son tempérament joueur et gai, associé à sa taille modeste, en fait un remarquable compagnon. Sans compter que son long pelage blanc lui donne des airs de peluche! 

Difficile de rendre discrètement visite à Marguerite Seeberger: dès notre arrivée, nous sommes accueillis par les joyeux aboiements de Douce, Wallis et leurs compagnes. Curieuses, ces dernières viennent quémander une caresse sans une once de crainte. Débordantes de vivacité et de bonne humeur, elles courent ensuite dans le grand pré qui entoure la maison de l’éleveuse. Mais la tension retombe vite. Une fois à l’intérieur, chacune trouve un nid douillet pour une sieste, se faisant oublier pour le reste de l’après-midi. «Je ne m’explique pas pourquoi cet amour de chien est si rare et méconnu, constate l’éleveuse de Corcelles-le-Jorat (VD). Il a pourtant tout pour plaire: son tempérament, sa taille passe-partout, son excellente santé, sa beauté. Je peux vous assurer que lorsque vous vous baladez avec un bichon bolonais vous ne passez pas inaperçu! Il est courant que les propriétaires de mes chiots se fassent accoster dans la rue... Peut-être que sa longue robe blanche, qui est plus délicate à entretenir qu’un poil court, en retient certains?» 

D’une extrême rareté 

Marguerite Seeberger est déjà une éleveuse réputée de bichons havanais lorsqu’elle découvre par hasard le bichon bolonais, voilà une dizaine d’années. «J’ai dû garder pendant plusieurs mois le chiot d’une connaissance suédoise, pour des questions de quarantaine à l’époque, explique-t-elle. Vicky m’a immédiatement subjuguée par son caractère. Elle était drôle, curieuse et particulièrement joueuse. Dès qu’on la regardait, elle arrivait en courant, obéissant au doigt et à l’oeil.» À son départ, Marguerite Seeberger n’a plus qu’une idée en tête: trouver son propre bichon bolonais et le présenter en exposition. Elle parcourt alors l’Europe – Italie, Grande-Bretagne, France – pour dénicher le compagnon de ses rêves. La quête est difficile, vu le nombre très restreint de sujets. Finalement, elle découvre Lenny en Tchéquie. Férue d’expositions, l’éleveuse le présente dans toute l’Europe, notamment à la Crufts, la plus grande exposition canine du monde, qui se tient chaque année en Angleterre. Son protégé y décroche le titre suprême de «Best of Breed» en 2007. 

Fini l’ennui! 

Il faudra trois ans à Marguerite Seeberger pour trouver la femelle à laquelle accoupler son champion. Aujourd’hui, les petites-filles de Daphné – Douce et Diana – contribuent à la conservation de cette race aux origines très anciennes. «Je suis actuellement la seule à l’élever sur tout le territoire suisse. Trouver du sang neuf est une gageure, m’obligeant à me déplacer régu-lièrement à l’étranger.» Au travers des nombreuses expositions auxquelles elle participe, l’éleveuse contribue à faire sortir cette race de l’oubli. Ses chiots font le bonheur de propriétaires qui recherchent un compagnon attachant et observateur. «Par rapport au havanais, le bolonais est souvent un peu plus téméraire. Avec lui, fini l’ennui! Il me fait penser à un clown: par ses initiatives drôles et parfois même audacieuses, il déclenche de nombreux éclats de rire. Le bolonais est toujours de bonne humeur, prêt à suivre son maître. Intelligent, il comprend vite ce qu’on attend de lui. Les mâles sont plutôt fainéants, alors que les femelles sont de vraies concierges, toujours aux aguets pour observer ce qui se passe.» La demande pour des chiens de petite taille étant en croissance exponentielle, gageons que le bichon bolonais a de belles années devant lui, pour peu qu’il soit mieux connu.

Marguerite Seeberger
Marguerite Seeberger élève avec passion des bichons bolonais ainsi que des bichons havanais. En titre: «Wall Vinny Vrch» dite «Wallis» est une jeune femelle âgée de 7 mois, blanche à poils ondulés.

Fiche signalétique

  • Origine Italie. 
  • Morphologie Appelé également «bolognese», ce chien de petite taille pèse entre 2,5 et 4 kg. Son corps s’inscrit dans un carré. Son poil aux longues boucles est d’un blanc pur. Il fait partie de la famille des bichons, parmi lesquels on trouve le maltais, le frisé, le havanais et le petit chien lion. 
  • Particularité Cette race très ancienne était déjà connue aux XIe et XIIe siècles dans la noblesse italienne, où il jouait le rôle de compagnon auprès des dames de la cour. Il a ensuite eu du succès dans toute l’Europe: le roi d’Espagne Philippe II, la marquise de Pompadour, la grande Catherine de Russie et l’impératrice Marie Thérèse d’Autriche, ont tous eu un bichon bolonais. Leur nombre a diminué de façon draconienne au début du XXe siècle et jusqu’en 1979, année où seulement sept individus étaient recensés dans toute l’Italie. 
  • Prix 2300 à 2500 francs pour un chiot sevré, avec passeport, puce électronique et pedigree. 
  • Ses points forts Son tempérament facétieux et sa joie de vivre. Son attachement à son maître. Sa beauté, sa longévité et sa santé de fer. 
  • Ses points faibles Son long poil et la couleur de sa robe nécessitent un entretien régulier. Une bonne éducation est nécessaire pour éviter qu’il ne développe son instinct de garde et aboie. 
  • Élevage romand Élevage Bolognese Star at Havanese Stars, Marguerite Seeberger, Corcelles-le-Jorat .www.bichon-bolognese.ch 


Témoignage d'une propriétaire

Monique Baudin

Monique Baudin, d’Yverdon (VD), et Flash 

«Flash ne laisse personne indifférent! Quand je me balade, nombreuses sont les personnes à m’aborder pour m’interroger sur sa race. Les gens l’admirent, car c’est une boule de poils blanche. Souvent, ils ne peuvent pas se retenir de caresser sa fourrure, sans me demander l’autorisation. Heureusement, Flash est très sociable. Dès que quelqu’un le regarde, il s’en approche sans hésiter. Très gai et facile à vivre, il fait un merveilleux compagnon. Il n’a peur de rien. On me questionne régulièrement pour savoir si son long pelage blanc ne nécessite pas trop d’entretien. Je le coiffe tous les deux jours, mais un shampoing tous les deux mois est suffisant.» 


Véronique Curchod