Tout savoir sur la santé du lapin

Environnement épanouissant, alimentation adaptée et soins médicaux, voilà les trois ingrédients de base pour un animal domestique heureux, quelle que soit son espèce. Les animaux de compagnie ayant des natures et des besoins différents, il est toutefois essentiel d’ajuster ces « ingrédients » pour les maintenir en bonne santé. Aujourd’hui, nous avons choisi de vous parler de la santé du lapin, un animal fragile auquel il faut faire particulièrement attention, d’autant plus qu’il est assez difficile de se rendre compte s’il souffre, tellement il est silencieux. Quelle sont les principales maladies qui touchent le lapin ? Quels sont les symptômes qui doivent vous inquiéter ? Quand emmener votre lapin chez le vétérinaire ?... Lisez la suite pour tout savoir sur la santé du lapin !

Comment savoir si votre lapin est malade ?

Ne comptez pas sur votre lapin pour vous « dire » tout le mal qu’il ressent ! Naturellement silencieux, le lapin ne produit quasiment aucun bruit, peu importe son état de santé. La raison à cela est que le lapin est une proie pour plusieurs carnivores dans la nature, ce qui l’amène à dissimuler tout signe de faiblesse afin de ne pas se faire repérer. Il faudra donc se montrer très vigilant et attentif au moindre changement d’attitude ou de comportement de votre petit animal de compagnie. Mais quels sont les signes d’un lapin malade ? Un lapin mal en point montre généralement un manque de vivacité, refuse de s’alimenter ou de boire et ne défèque pas à la même fréquence ni aux mêmes quantités que d’habitude. Si vous remarquez l’un ou plusieurs de ces signes, vous devez agir immédiatement en emmenant votre lapin chez le vétérinaire avant que les choses ne s’aggravent.

Par ailleurs, lorsqu’il est en souffrance en raison d’une maladie ou d’une blessure, le lapin va montrer des expressions corporelles de la douleur. Celles-ci sont heureusement assez faciles à détecter. Généralement, un lapin qui souffre reste couché en boule sur ses quatre pattes, ou se rabat sur lui-même en gardant les oreilles couchées. Il est également fréquent qu’il reste longtemps dans un coin de son enclos, qu’il grince des dents ou qu’il émette des gémissements. Vous devez aussi être alerté si votre lapin ne fait plus sa toilette, qu’il néglige des parties de son corps, ou qu’il ne réagit plus à vos sollicitations et s’isole seul dans son coin.

Enfin, n’hésitez pas à consulter votre vétérinaire au cas où le lapin a des difficultés soudaines à se déplacer, qu’il bouge moins que d’habitude, qu’il perd ses poils par plaques ou qu’il dégage une odeur inhabituellement désagréable.

Les principales maladies du lapin

Troubles digestifs, problèmes dentaires et buccaux, maladies respiratoires, troubles urinaires ou oculaires, parasites et virus, coccidiose… un lapin peut être touché par un vaste rayon de maladies et de troubles divers. Explorons tout cela plus en détail.

Abcès dentaires

L’abcès dentaire chez le lapin est souvent causé par une blessure. Il peut également être causé par un facteur génétique ou par une malocclusion. Quelle qu’en soit la cause, l’abcès dentaire nécessite une intervention urgente. Le problème est que ses symptômes sont assez difficiles à identifier car il n’est pas visible à l’œil nu. Généralement, un lapin qui a un abcès dentaire refuse de s’alimenter, ou repousse certains aliments plus difficiles à mastiquer. Il est également possible qu’il se mette à grincer des dents, ou qu’il développe une petite boule visible au niveau de la mâchoire.

Les troubles digestifs du lapin

Le lapin a un système digestif sensible et complexe à la fois. L’animal digère ses aliments deux fois, et mange certains de ses excréments cæcotrophes. Au cours de ce cycle, plusieurs facteurs peuvent venir provoquer des pathologies de l’estomac ou des intestins. D’où l’importance d’une alimentation adaptée et, plus globalement, d’une hygiène de vie optimale pour maintenir un bon équilibre de la flore digestive de l’animal. Malgré cela, le lapin n’est jamais à l’abri d’une pathologie ou d’un stress qui peut causer des troubles digestifs plus ou moins graves. Ceux-ci se manifestent le plus souvent par une diarrhée, une constipation ou un arrêt du transit intestinal, des symptômes qui s’accompagnent généralement d’une anorexie, d’un état de fatigue ou encore d’un abdomen gonflé ou de sang dans les selles.

Les parasites du lapin

Puces, poux, tiques, aoûtats, teigne, gale… contrairement à ce que l’on pourrait penser, un lapin domestique n’échappe pas aux parasites externes. La maladie parasitaire du lapin peut être déclenchée par une baisse d’immunité de l’animal, et se manifeste principalement au niveau de son pelage. Attention à ne surtout pas utiliser les anti-parasitaires externes pour chiens et chats, ils peuvent être fatals au lapin ! Les signes d’une maladie parasitaire du lapin sont fonction du type de parasite : croûtes sur l’ensemble du corps, perte de poils, rougeurs…

La coccidiose

La coccidiose, ou maladie du gros ventre comme elle est appelée communément, est une maladie parasitaire qui touche essentiellement les lapins âgés de 5 à 10 semaines. Il en existe deux variantes : la coccidiose intestinale et la coccidiose hépatique. La première est la forme la plus grave de la maladie, qui résulte en un amaigrissement notable de l’animal et un arrêt de sa croissance. Elle se manifeste aussi par des diarrhées parfois hémorragiques et un gonflement de l’abdomen qui viennent à bout du lapin au bout d’une quinzaine de jours. La seconde, quant à elle, est plutôt bénigne et passe souvent inaperçue car elle ne provoque pas de symptômes.

Les maladies respiratoires du lapin

Le coryza et la pneumonie sont les deux maladies respiratoires les plus fréquentes chez le lapin. Le coryza désigne le rhume du lapin, caractérisé par des symptômes classiques comme l’écoulement nasal, la conjonctivite ou encore les éternuements. Cette maladie est le plus souvent causée par un changement brusque de température. La pneumonie, plus grave, peut causer la mort du lapin si elle n’est pas traitée en urgence. Outre la toux, la fièvre et l’écoulement nasal, le signe distinctif de cette maladie mortelle est la difficulté respiratoire.

Le lapin doit-il être vacciné ?

Aujourd’hui, il existe des vaccins qui permettent de protéger le lapin contre la maladie hémorragique virale et la myxomatose, deux maladies potentiellement mortelles. Une injection doit être faire une fois par semestre ou par an, en fonction du vaccin. A noter que certains vaccins permettent de protéger contre les deux maladies en même temps. N’hésitez pas à en discuter avec votre vétérinaire.

Santé du lapin : quand consulter votre vétérinaire ?

Lapin

Outre les visites de routine (vaccins, surveillance des dents du lapin…), n’hésitez pas à solliciter votre vétérinaire chaque fois que vous remarquez une anomalie ou un changement de comportement du lapin : perte d’appétit, manque de vivacité, diarrhée, écoulement nasal, grincement des dents, grattage, perte de poils, difficultés locomotrices… En règle générale, il est toujours préférable de consulter un vétérinaire au moindre doute sur la santé du lapin, au risque que la maladie évolue et que les choses s’aggravent. Autre point à considérer : bien choisir un vétérinaire pour son lapin. Il faut savoir que le lapin est un NAC, un nouvel animal de compagnie. Cela veut dire que tous les vétérinaires n’ont pas les aptitudes ou connaissances nécessaires pour en prendre soin correctement. Veillez donc à choisir un vétérinaire qui traite les NAC.

Vous êtes à la recherche d’un vétérinaire pour votre lapin ? Trouvez-en un proche de chez vous dans notre rubrique annonces !