Voyager avec son compagnon ne s’improvise pas. Certains vaccins, notamment, doivent être planifiés suffisamment tôt. Par ailleurs, le bien-être de l’animal pendant le séjour doit être assuré. 

Avant d’envisager un séjour à l’étranger, il est essentiel de se poser en toute franchise la question de savoir si le voyage prévu est raisonnable pour son animal. Son âge, son état de santé, sa résistance au stress causé par le déplacement ainsi que les conditions climatiques dans le pays de destination sont à prendre en compte. Les vacances doivent être un plaisir pour tous! Si on opte alors plutôt pour une pension, mieux vaut réserver assez tôt, car la période estivale est souvent rapidement complète. 

Une prévention ciblée 

Le chien qui suit son maître à l’étranger doit répondre à certaines exigences. Il est important de se renseigner sur les dispositions particulières propres à chaque pays. Pour l’Europe, le chien doit avoir un passeport, être pucé et vacciné contre la rage. «La vaccination antirabique doit être réalisée au moins 21 jours avant le voyage, ce qui demande une certaine anticipation, indique Jacqueline Moser, vétérinaire à Domdidier (FR). Elle est ensuite valable trois ans. Un traitement antiparasitaire effectué peu avant le départ par un vétérinaire est en outre exigé pour certaines destinations, par exemple la Norvège et la Grande-Bretagne.» Pendant le trajet et sur place, il faut veiller à bien hydrater son animal et à lui garantir un maximum de fraîcheur. 

Des vacances à l’étranger peuvent impliquer un risque plus élevé d’infection pour le chien. Le bassin méditerranéen est ainsi touché par la leishmaniose et la piroplasmose. «Comme ces maladies sont transmises via des piqûres de phlébotomes, respectivement de tiques, il est important de protéger son animal avec un traitement antiparasitaire adapté, souligne la vétérinaire. Il en existe sous différentes formes: collier ou pipette à appliquer sur le dos. Il est également possible de vacciner son chien contre ces deux maladies.» Si on voyage au sud de l’Europe, il faut penser à vermifuger de façon spécifique son compagnon, afin de prévenir une infestation par des vers du coeur. Emporter avec soi une pharmacie de base, afin de parer au plus urgent – diarrhée, vomissements, plaies – permet de passer des vacances paisibles. 


ET LES CHATS? 

En règle générale, le chat est plus attaché à son espace familier qu’aux membres de la famille. L’emmener dans un environnement différent peut donc être une source de stress importante. Trouver une personne qui vienne s’en occuper à domicile est la meilleure solution. Si on souhaite malgré tout le prendre avec soi, mieux vaut l’habituer dès son plus jeune âge. Pour voyager à l’étranger, il doit être pucé, avoir un passeport et être vacciné contre la rage. 


Véronique Curchod