Les démangeaisons sont un motif fréquent de consultation dermatologique. Identifier la cause permet de traiter l’animal de manière ciblée. 

Rien de plus désagréable que lorsque la peau picote ou démange. Le chat ressent alors le besoin irrépressible de se gratter frénétiquement ou de se lécher de manière excessive plusieurs fois par jour. Afin de le soulager de cet inconfort, il est impératif de prendre rapidement des mesures adéquates. Les démangeaisons représentent cependant un symptôme qui a des origines diverses. La pose d’un diagnostic précis n’est donc pas toujours aisée, bien qu’elle soit indispensable pour ajuster le traitement. «Le premier geste à faire est de vérifier la présence ou non de puces sur le pelage, explique la vétérinaire Jolanda Engeli, de Sottens (VD). Celles-ci sont en effet la principale cause de prurit chez le chat. Dans la majorité des cas, on ne trouve pas le parasite lui-même, mais ses déjections, sous la forme de points noirs en forme de virgule.» Si le pelage est exempt de puces, cette origine ne peut cependant pas être exclue. Chez les sujets allergiques, une seule piqûre suffit en effet à déclencher de violentes réactions cutanées. Si les signes persistent malgré tout après un traitement antipuce, il faut alors consulter rapidement un vétérinaire.

Des origines diverses

Des complications peuvent en effet apparaître suite aux microlésions provoquées par les griffes acérées du chat. Lorsque celui-ci se lèche à répétition sous le ventre, sa langue râpeuse peut aussi mener à une dépilation localisée. Un examen dermatologique complet permet alors d’évaluer les différentes causes possibles. Au besoin, le vétérinaire calmera le prurit médicalement, en sus d’un traitement ciblé. Outre les puces, d’autres parasites sont à l’origine de démangeaison, comme les aoûtats. «Si le chat concentre son énergie autour de la tête, il est possible qu’il souffre de la gale d’oreilles, relativement fréquente, en particulier chez les jeunes, explique Jolanda Engeli. Un nouveau collier qu’il ne supporte pas entraîne les mêmes symptômes.» Une allergie, provoquée par les acariens, divers pollens ou un aliment occasionne aussi des irritations diffuses. Le stress peut également être responsable: certains chats anxieux manifestent leur inquiétude en ayant des crises de démangeaisons frénétiques, qui peuvent aller jusqu’à engendrer de l’automutilation.

Chat
UN TRAITEMENT EFFICACE Les puces étant parfois difficiles à éliminer, il est important de traiter son chat préventivement. Des produits existent sous la forme de collier, de spray à vaporiser sur tout le corps ou de pipettes à verser sur la nuque. Les plus efficaces stérilisent les parasites en bloquant leur reproduction. En cas d’infestation, il faut décontaminer le logement au moyen de sprays ou de bombes autodiffusantes, qui détruisent les oeufs et les larves de puces.

Véronique Curchod