Nourrir correctement son félin permet de lui assurer un bien-être physique et mental. Pourtant, ses besoins physiologiques ne sont souvent pas respectés.

Imitant notre propre mode d’alimentation, nombre de propriétaires ne nourrissent leur chat que deux à trois fois dans la journée. D’autres se calquent sur le rythme de leur chien ou évoquent la peur d’une prise de poids excessive pour limiter le nombre de repas. Pourtant, quelle que soit la raison mentionnée, par manque d’informations, ces félins sont ainsi contraints à un jeûne forcé nuisible à leur santé. «Le chat doit manger peu, mais souvent, souligne Laurence Wolfensberger, vétérinaire à Commugny (VD). On doit donc lui permettre entre dix et seize prises alimentaires par vingt-quatre heures.» 

Un chat n’est en effet en aucun cas comparable à un être humain ou à un chien. Si nos ancêtres avaient pour habitude de chasser en groupe, ce qui leur permettait de capturer des proies importantes et de prendre des repas espacés, le chat au contraire a toujours été un solitaire. Ne pouvant compter sur l’aide de congénères, il devait se contenter de prises plus modestes – souris, oiseaux –, qui nécessitent une quête de nourriture plus fréquente. La physiologie du chat s’est donc adaptée en conséquence, avec des intestins très courts qui supportent mal un apport élevé de nourriture sur un laps de temps restreint. 

Si ses besoins naturels ne sont pas remplis, le chat va développer des troubles du comportement. Stressé et irascible, il volera de la nourriture ou réclamera en permanence. Certains auront même tendance à devenir agressifs. Comme il est impensable de donner à manger toutes les deux heures à son félin domestique, la nourriture doit être disponible 24h/24, sans mesurer la quantité journalière. Les croquettes sèches permettent plus facilement de laisser la gamelle à disposition, sans que la nourriture s’altère. 

«Dans la majorité des cas, le chat se régule lui-même, réussissant à maintenir son poids de forme, note la vétérinaire vaudoise. Il faut cependant une période de transition, si l’animal a été restreint: dans un premier temps, il aura tendance à se goinfrer, mais cela va disparaître avec un peu de patience.» Pour les chats ayant tendance au surpoids par manque d’activité, on optera pour une gamme d’aliments allégés et un distributeur de croquettes, qui permet de les occuper de manière ludique.

Chat qui boit
DE L’EAU Le chat a souvent tendance à ne pas s’hydrater suffisamment. Multiplier les points d’approvisionnement dans la maison et les déplacer de temps à autre permet de l’inciter à boire davantage. L’eau, toujours fraîche, doit être proposée dans une gamelle propre en acier inoxydable ou en céramique, mais jamais en plastique. Les fontaines à eau sont particulièrement appréciées par les chats, qui n’aiment pas toujours boire de l’eau stagnante.

Véronique Curchod