Avoir un caméléon comme animal domestique

Peu commun, le caméléon n’en demeure pas moins un animal domestique fascinant. Avec sa longue queue, ses yeux hypnotisants et sa peau qui change de couleur, le caméléon suscite un intérêt grandissant chez les amateurs de reptiles. Pour autant, il faut savoir que ce reptile est un animal assez difficile à maintenir pour les novices. Pour mettre un caméléon dans les meilleures dispositions, vous devrez vous renseigner sérieusement sur lui, et c’est tout l’objet de ce billet !

Qui est le caméléon ?

Le caméléon appartient à la large famille des lézards Chamaeleonidae, composée de plusieurs espèces que nous avons tendance à appeler caméléon, par souci de praticité et par habitude de langage. Vous l’aurez donc compris, il existe plusieurs espèces de caméléons domestiques, les plus connues étant le caméléon à crête, de son nom scientifique chamaeleo calyptratus, ou encore le caméléon à cornes (trioceros jacksonii willegensis).

A l’exception de quelques espèces issues des milieux désertiques, les caméléons sont plutôt une famille de reptiles arboricoles qui vivent à l’état sauvage dans les milieux tropicaux. Pour ce qui est du régime alimentaire du caméléon, celui-ci est principalement composé d’insectes. Pour compléter leurs besoins en vitamines, les caméléons n’hésitent pas à se nourrir de fruits. Par ailleurs, sachez que ce reptile est un animal diurne qui, en raison de ses yeux non adaptés à a vision nocturne, évite de se déplacer la nuit. Pour ce qui est de l’espérance de vie du caméléon, ce dernier vit en moyenne de 5 à 10 ans, en fonction de l’espèce et des conditions de vie.

Les caractéristiques physiques du caméléon

Comment parler des caractéristiques physiques du caméléon sans évoquer ses gros yeux hypnotisants, capables de bouger indépendamment l’un de l’autre, ce qui aide le prédateur qu’il est à mieux traquer ses proies, mais aussi à détecter les menaces qui l’entourent. En plus de ses yeux, le caméléon peut aussi compter sur sa peau pour se protéger des prédateurs. Vous le savez certainement, ce reptile peut changer la couleur de sa peau, initialement verte, en fonction de son environnement pour mieux se fondre dans le décor ambiant.

Ce phénomène, qu’on appelle homochromie, est également utilisé par le caméléon pour communiquer avec ses congénères en changeant de pigmentation. Par exemple, lorsqu’un mâle est en conflit avec un autre, il prend une couleur plus vive comme le rouge, ou plus ombre comme le noir, pour paraître plus menaçant et dissuader ainsi son adversaire. Et pour attirer les femelles en période de reproduction, le caméléon mâle arbore une couleur plus invitante comme le bleu ou le jaune.

Pour se déplacer sur les branches d’arbres, le caméléon possède de fortes griffes sur ses quatre pattes, en plus d’une longue queue capable de se déplier, dont il se sert pour attraper les branches d’arbre qui l’entourent. Autre caractéristique très connue du caméléon : sa langue ultra rapide, deux fois plus longue que le reptile, capable d’atteindre une vitesse hallucinante de 100 km/h en à peine un centième de seconde. La langue du caméléon est également capable de soulever le tiers de son poids, et possède un mucus à son bout qui ne laisse échapper aucune proie.

Le terrarium du caméléon

Le terrarium du caméléon doit mimer au plus près ses conditions de vie en milieu sauvage. C’est d’ailleurs là toute la difficulté du maintien de ce reptile particulièrement fragile en captivité. Du point de vue de la taille, le terrarium doit avoir des dimensions minimales de 60 x 60 x 120 cm (largeur x profondeur x hauteur). De toute évidence, plus le terrarium est grand, mieux c’est pour le reptile.

Quant à l’aménagement du terrarium du caméléon, rappelons que cet animal est arboricole, vivant principalement sur les arbres. Il faut donc prévoir des perchoirs dans le terrarium. A ce niveau, les terrariophiles expérimentés choisissent de faire pousser des plantes naturelles, ce qui implique un travail en amont de l’introduction du caméléon dans le terrarium, et un entretien régulier par la suite. Il est également possible de mettre des fausses plantes dans le terrarium, que vous pouvez vous procurer en animalerie.

Les plantes artificielles sont un bon choix si vous débutez en terrariophilie, d’autant plus qu’elles ne sont pas aussi exigeantes en termes d’entretien. Tout ce que vous aurez à faire est de les disposer dans le terrarium, de sorte à créer des réseaux de branches en hauteur, avec des feuillages tout autour et au sol. Ce faisant, le caméléon se sentira plus en sécurité car il aura des cachettes à disposition. Par ailleurs, vous devrez préparer le substrat, idéalement avec de la terre ou du terreau car ils retiennent bien l’humidité. Le substrat devra être changé tous les 4 à 6 mois.

Hygrométrie, chaleur, luminosité et UV dans le terrarium

Rappelons que le caméléon est un reptile originaire des zones tropicales, synonymes de chaleur et d’humidité. Vous devez donc aménager son terrarium de manière à ce que l’hygrométrie y soit de 50 à 80%, que pouvez mesurer grâce à des capteurs d’humidité disponibles dans le commerce. Pour y parvenir, pensez à vaporiser le terrarium plusieurs fois par jours. Si vous avez le budget, vous pouvez opter pour un système automatique de goutte à goutte qui s’en occupera pour vous.

Et comme tous les reptiles, le caméléon est un animal à sang froid, ce qui veut dire qu’il aura besoin d’une source de chaleur pour se réchauffer. A ce niveau, vous pouvez utiliser une lampe à vapeur de 100 à 160 watts, en fonction de la taille du terrarium. Vous pouvez aussi opter pour un tube néon qui, en plus de réchauffer le caméléon, lui offrira les UVA/UVB dont il a besoin. Si vous choisissez une lampe à vapeur, pensez à rajouter une lampe UV pour offrir des UV au reptile. Pour ce qui est de la luminosité, le caméléon est un animal diurne qui a besoin de 10 heures de lumière par jour. Pour plus de praticité, munissez-vous de lampes avec minuteur automatique.

Alimentation et soins du caméléon

Nous vous le disions, le caméléon est un reptile principalement insectivore, qui se nourrit de diverses espèces d’insectes comme les grillons, les sauterelles, les vers ou encore les cafards, entre autres. Vous pouvez trouver tout ce petit beau monde en vente en animalerie. Pour compléter ses besoins en vitamines, le caméléon aura éventuellement besoin de fruits comme les mangues ou les grenades, généralement en hiver ou en période de convalescence après une maladie. Avant de les lui distribuer, réduisez-les en bouillie.

La santé du caméléon est plutôt du type fragile, ce qui explique le fait que le reptile a besoin de conditions de vie très spécifiques pour éviter les maladies. Prenez ce facteur en compte avant d’adopter un caméléon, d’autant plus que l’animal a besoin qu’on s’occuper de lui chaque jour. Ajoutons à cela le fait que les coûts des soins vétérinaires des caméléons sont plutôt élevés, pour peu que vous puissiez trouver un vétérinaire spécialisé… En bref, le caméléon est un animal domestique fascinant, mais dont l’adoption implique des coûts et un niveau d’attention assez importants. Réfléchissez-y dont à deux fois avant de vous lancer !

A la recherche d’un vétérinaire spécialisé dans les reptiles ? Trouvez-en un près de chez vous dans notre rubrique annonces !