Est-il possible d’avoir une ruche chez soi en Suisse ?

Oui, mais cela ne s’improvise pas. D’emblée, sachez que, bien qu’il soit possible d’avoir une ruche chez soi en Suisse, cela passe obligatoirement par beaucoup de travail et un certain savoir-faire. En effet, la pratique de l’apiculture n’est pas anodine. Outre le fait de se conformer à la législation en vigueur, elle requiert une formation sérieuse. Vous souhaitez installer une ruche chez vous ? Voici l’essentiel à savoir avant de vous lancer.

Avoir une ruche chez soi : préambule

La détention des abeilles en Suisse est soumise à la réglementation de l’OSAV (Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires). De cette réglementation découle un ensemble d’obligations et de recommandations, auxquelles il est essentiel de se conformer avant de vous lancer dans l’apiculture. Vous devez donc vous préparer à un ensemble de démarches préalables à l’installation d’une ruche sur un terrain non encore répertorié comme un rucher : annonce auprès du SCAV, obligation de tenir un journal, accord des voisins… Ce n’est pas tout : en plus des législations cantonales et fédérales, d’autres dispositions locales peuvent s’appliquer.

Par ailleurs, à l’instar des vaches et des chevaux, les abeilles sont considérées comme des animaux de rente par l’ordonnance sur la protection des animaux. Dans le même ordre d’idées, si le miel produit est destiné à la vente, il faudra alors se conformer aux exigences du droit alimentaire. Eu égard au volet formation, aucun cursus n’est exigé en Suisse pour détenir des abeilles. Mais il est vivement recommandé de se former en apiculture, notamment pour être capable d’installer une ruche, ou encore de détecter un problème au sein d’une colonie… Examinons tout cela en détail !

Annoncer l’activité ou un nouveau rucher

Vous souhaitez installer une ruche chez vous ? Du point de vue des démarches administratives, vous devez vous annoncer auprès du SCAV pour pouvoir pratiquer l’apiculture. Concrètement, vous aurez à remplir le formulaire d’annonce de nouvel apiculteur / nouveau rucher que vous devez renvoyer au SCAV avant de débuter l’activité. Au besoin, le SCAV s’occupera de demander un numéro d’exploitant à l’OCAN (Office cantonal de l’agriculture et de la nature). Ensuite, veillez à identifier votre rucher par le biais de la plaquette fournie par le SCAV, puis à remplir le registre des colonies, en indiquant les dates et les traitements. 

En parlant de colonies, sachez que tout déplacement d’abeilles doit être annoncé à l’inspecteur des ruchers de votre secteur. Celui-ci va alors transmettre l’information au service vétérinaire cantonal. Vous devez également alerter l’inspecteur au cas où votre colonie quitte la commune. Ce dernier peut bloquer le transfert si la région est mise à ban en raison d’une maladie. Enfin, en tant qu’apiculteur, vous êtes tenu d’effectuer un recensement annuel et d’annoncer le nombre de colonies et les pertes.

Informer les voisins avant d’installer la ruche

En Suisse, l’emplacement des ruches ne fait l’objet d’aucune législation particulière. En théorie donc, vous pouvez les installer n’importe où. Il est toutefois recommandé de respecter certaines règles de bon sens, mais aussi de bon voisinage. Commencez par demander l’accord du propriétaire du terrain sur lequel vous comptez installer la ruche, puis contactez vos voisins pour vous assurer qu’ils ne s’opposent pas au projet et qu’ils ne sont pas allergiques aux abeilles. Pour les remercier, quelques petits pots de miel de votre production ne seraient pas de trop ! Sachez enfin qu’il est essentiel de respecter une distance d’au moins 20 mètres d’un lieu de passage.

Quid de la formation ?

Nous vous le disions, la formation en apiculture n’est pas obligatoire, mais elle est vivement conseillée. Si la formation est fortement recommandée, c’est principalement pour des raisons de sécurité, car un amateur non averti pourra causer de gros dégâts en propageant des maladies. Il est également essentiel de se former sur les principes de base de l’apiculture avant d’installer une ruche dans son jardin : emplacement de la ruche, traitement et maladies des abeilles, production de miel… En sus de la formation, que vous pouvez suivre auprès de la fédération d’apiculture de votre canton, n’hésitez pas à vous affilier à une société locale d’apiculture pour échanger avec les autres apiculteurs du coin et profiter des conseils des plus expérimentés.

Où acheter des abeilles ?

Vous avez décidé de vous lancer dans l’apiculture ? Grand bien vous en a pris. Mais encore faut-il vous procurer une colonie d’abeilles. Notre conseil : pensez local ! Autrement dit, achetez-en dans votre canton, et évitez de les importer de France, bien qu’elles y soient moins chères. Et pour cause : cela permet d’éviter « l’importation » de nouvelles maladies. Il faut savoir qu’en Italie par exemple, les autorités ont annoncé l’arrivée du petit coléoptère des ruches (Aethina thumida) en 2014 en Sicile et en Calabre. Il s’agit d’un parasite particulièrement dévastateur pour la population des abeilles car celles-ci n’ont toujours pas développé de stratégie pour le contrer. La solution ? Achetez une colonie d’abeilles auprès de la société d’apiculture de votre région qui en vent volontiers à ses membres. Ainsi, vous évitez le déménagement de colonies, une entreprise peu évidente et porteuse de risques divers pour la santé des abeilles du coin. 

Quel matériel pour avoir une ruche chez soi ?

Ruche

De toute évidence, pratiquer l’apiculture pour la première fois implique un matériel et des équipements adaptés à la taille du rucher. Ce matériel se décline en outillage de base et en équipements de sécurité. Commençons par le matériel de base :

  • Un enfumoir à soufflet, outil de base de tout apiculteur, qui permet d’aborder et de calmer les abeilles. Côté combustible, évitez les matières contenant de la colle ou d’autres produits chimiques. Privilégiez plutôt les combustibles naturels comme le bois pourri, les écorces ou encre les aiguilles de pin
  • Un brûleur à gaz ou un petit chalumeau pour désinfecter le matériel et allumer l’enfumoir
  • Un lève-cadre et un racloir
  • Une brosse à abeilles, très utile au moment de la récolte pour chasser les abeilles des cadres. Veillez toutefois à le maintenir humide, et à le désinfecter régulièrement à l’eau de javel pour éviter de transmettre des maladies

Voici donc pour le matériel de base. Passons à présent aux équipements de sécurité et de protection :

  • Une combinaison de protection, idéalement blanche, car les abeilles réagissent de manière moins agressive aux couleurs claires
  • Un voile pour le visage pour vous protéger des piqures sur le nez ou les lèvres, extrêmement douloureuses 
  • Des gants ou une crème répulsive pour protéger vos mains.

Et les ruches dans tout ça ?

Vous savez maintenant où acheter des abeilles, quel matériel vous procurer avant d’installer une ruche… mais qu’en est-il des ruches ? Il en existe de nombreux modèles, chacun ayant ses avantages et ses inconvénients. Cela dit, le plus important est de faire en sorte que la ruche ne devienne pas une source de propagation d’épizooties. C’est en tout cas l’incitation émanant de l’ordonnance fédérale sur les épizooties. Ainsi, la ruche doit être démontable, pour que l’apiculteur soit capable de la contrôler en tout temps et d’ouvrir les nids à couvain. Envie d’en savoir plus sur le sujet ? Posez vos questions à la communauté WallForPets