L’arthrose chez le chat

Cela peut être difficile à croire : malgré toute leur agilité caractéristique, les chats peuvent être atteints d’arthrose. Mais à la différence des chiens ou de nous autres humains, le chat cache très bien son jeu car il est capable de s’adapter à la douleur. C’est la raison pour laquelle il est plus difficile de diagnostiquer l’arthrose chez le chat. Bien que l’arthrose soit une maladie chronique, il est possible de ralentir sa progression et ainsi soulager votre petite boule de poils.

Arthrose chez le chat : les causes

La principale cause de l’arthrose chez le chat est l’âge. La maladie peut toutefois apparaître sans facteurs sous-jacents, ou être causée par une dysplasie de la hanche, une luxation de la rotule, l’ostéochondrose ou une autre maladie articulaire. Elle peut par ailleurs survenir suite à une rupture du ligament, une fracture ou tout autre traumatisme apparenté.

Que ce soit chez le chat, le chien ou nous autres humains, l’arthrose a pour conséquence une réduction de la mobilité, en partie causée par la douleur due à l’extension de l’articulation concernée. Au fur et à mesure que la maladie progresse, il est alors possible d’entendre des craquements lorsque le chat plie ou déplie la patte. Dans le détail, plus une articulation arthrosée se dégrade avec l’évolution de la maladie, plus le cartilage s’use, allant jusqu’à l’exposition de l’os.

A ce stade de la maladie, la douleur peut être insupportable, ce qui incite le corps de l’animal à accumuler de la matière osseuse autour de l’articulation. Ce faisant, la douleur est réduite par diminution de la mobilité, et donc de friction des os. Là où les choses se compliquent, c’est au niveau de la surcharge ressentie dans les autres articulations, qui prennent alors le relais pour compenser le travail de l’articulation « défaillante ». Cela a pour effet d’induire des douleurs musculaires chez le chat, ce qu’il plus de mal à gérer qu’une douleur articulaire.

Quels sont les symptômes de l’arthrose chez le chat ?

Commençons par noter que nombreux sont les chats qui arrivent à « cohabiter » avec l’arthrose sans que cela ne gêne leurs mouvements outre mesure. Rappelons qu’à la différence du chien, le chat arrive généralement à s’adapter à la douleur liée à l’arthrose. Mais ce n’est pas toujours le cas…

Les symptômes de l’arthrose chez le chat sont nombreux, et varient du tout au tout d’un félin à l’autre. Au premier rang de ces symptômes, nous avons nommé la boiterie et la rigidité qui, dans le cas du chat, se manifestent soudainement. Souvent, le chat laisse transparaître un état tout à fait normal jusqu’à ce qu’il ne puisse plus sauter. Vous le remarquerez à sa tendance à se reposer sur des surfaces plus basses qu’à son habitude. Rappelons aussi que la boiterie et la rigidité peuvent s’accentuer en hiver.

Par ailleurs, d’autres symptômes peuvent apparaître chez le chat atteint d’arthrose. C’est notamment le cas du changement de comportement du félin consécutif à la douleur qu’il ressent, la fatigue ou l’apathie, la perte d’appétit, l’anxiété, la difficulté à déféquer… Si vous remarquez l’un ou plusieurs de ces symptômes, une visite chez le vétérinaire s’impose, particulièrement si le chat se met à boiter.

Diagnostiquer l’arthrose chez le chat

Comment se fait le diagnostic de l’arthrose du chat ? Nous vous le disions, il est un peu délicat, en raison de la surprenante capacité du félin à s’adapter à la douleur. Cela dit, à l’aide d’un examen clinique approfondi et d’une radiographie, le vétérinaire sera capable de déterminer s’il s’agit ou non d’une arthrose. Rappelons que l’arthrose est synonyme de douleurs articulaires qui conduisent à une réduction de la mobilité. A terme, la douleur peut évoluer en boiterie et en douleurs musculaires chez le chat. C’est particulièrement le cas des muscles dos du chat lorsque celui-ci souffre d’arthrose aux pattes arrière. En fin d’examen, le vétérinaire pourra vous proposer un traitement adapté, en fonction du stade et de la gravité de la maladie.

Le traitement de l’arthrose chez le chat

Le traitement de l’arthrose chez le chat se décline en plusieurs actions dont le but est de lutter contre la douleur et ralentir la progression de la maladie. Votre vétérinaire commencera par prescrire des anti-inflammatoires pour chat sur une courte ou longue durée, en fonction du diagnostic. Vous l’aurez compris, la première phase du traitement consiste à lutter contre la douleur dans le but d’améliorer le confort du félin.

Si l’arthrose du chat est détectée à un stade précoce, il ne sera pas toujours nécessaire de prescrire des anti-inflammatoires. En effet, les médicaments chondo-protecteurs dont le rôle est de protéger le cartilage suffisent généralement dans ce cas. Les chondo-protecteurs sont également prescrits dans les stades avancés de la maladie, le but étant de réduire la durée de prise et les doses des anti-inflammatoires, des médicaments associés à des effets secondaires plus ou moins sérieux.

Parallèlement au traitement médicamenteux, votre vétérinaire recommandera des mesures diététiques pour faire perdre au chat quelques kilos superflus, réduisant ainsi la charge des articulations et améliorant la mobilité du félin. A ce niveau, il est intéressant de savoir qu’il existe des aliments pour les chats atteints d’arthrose, combinant omégas 3 et chondo-protecteurs. Selon le stade de la maladie, vous devrez réaliser quelques petits aménagements afin d’adapter l’environnement du chat : aide à la toilette, bac à litière et gamelle au sol, abaisser le couchage…

Arthrose chez le chat : les traitements complémentaires

Pour traiter les symptômes de l’arthrose chez le chat, certains vétérinaires peuvent proposer des approches complémentaires, plus douces. C’est notamment le cas de physiothérapie ou encore de la rééducation qui, combinée à d’autres traitements, est assez prometteuse en la matière. La rééducation a pour objectif d’aider le chat à retrouver un bon niveau de mobilité, en faisant en sorte que la rigidité articulaire et musculaire ne s’aggrave pas. Accessoirement, la rééducation va permettre de soulager, ou du moins de réduire la douleur ressentie par le félin.

Plus rarement, il se peut qu’un vétérinaire recommande l’acupuncture pour soulager les douleurs articulaires, musculaires et ligamentaires du chat souffrant d’arthrose. L’acupuncture peut être sollicitée en tant qu’antidouleur principal, ou en appoint des anti-inflammatoires. Enfin, l’hydrothérapie peut être conseillée pour aider le chat à retrouver la mobilité, sauf si celui-ci est hydrophobe, ce qui est souvent le cas des félins.

Est-il possible de prévenir l’arthrose chez le chat ?

On estime que la grande majorité, si ce n’est tous les chats souffrent d’arthrose en vieillissant. La raison à cela est qu’il s’agit d’une maladie dégénérative, ce qui veut dire qu’elle finit généralement par atteindre tous les vieux félins. Cela dit, il est tout à fait possible de retarder l’apparition de l’arthrose chez le chat grâce à des mesures préventives ayant trait à l’hygiène de vie de l’animal.

En premier lieu, il est essentiel de veiller à ce que le chat ait une activité physique régulière, mais modérée, qui lui permet d’entretenir ses fonctions articulaires et musculaires. Il est tout aussi important de faire attention à l’alimentation pour éviter le surpoids et l’obésité du chat. L’alimentation du félin doit être adaptée à son âge, à sa condition physique et à son niveau d’activité.

Bien qu’elle soit incurable, l’arthrose du chat n’est pas une fatalité, pour peu qu’elle soit prise en charge correctement. N’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire, ou à en solliciter un dans notre rubrique annonces.