Un nouveau centre de remise en forme dédié au bien-être équin permet à ces athlètes d’être dorlotés après les compétitions. Outre l’aspect détente, ce type de soins s’avère utile lors de certaines pathologies. 

Si tout un chacun apprécie une séance de balnéothérapie, les chevaux ne sont pas en reste. Même sans être proches de la mer, ceux de Romandie peuvent désormais, eux aussi, profiter des bienfaits de l’eau salée. Un centre de convalescence équin, Equiwell, a en effet ouvert récemment ses portes à Goumoëns-la-Ville (VD). Le jour de notre visite, Canolita semble particulièrement détendue, alors qu’elle bénéficie d’un soin personnalisé. Statique dans un bassin XXL, la jument de saut bâille de décontraction, tandis que des bulles font mousser l’eau, évoquant un jacuzzi. «La veille, elle a été classée au 3e rang dans une épreuve régionale avec ma fille, explique Vanessa de Goumoëns, copropriétaire de la bête et responsable d’Equiwell avec son mari Pierre. Le spa va lui permettre de récupérer plus rapidement après l’effort.» 

Comme Canolita, de plus en plus de chevaux jouissent de soins de type wellness au lendemain d’intenses sollicitations. Les cavaliers sont en effet toujours plus nombreux à offrir à leur partenaire sportif des prestations similaires à celles d’un athlète humain. Massages musculaires, stretching, traitements locaux avec divers onguents et laser, entre autres, sont en vogue. «Le spa présente l’avantage d’associer une action de massage sur les membres à un effet analgésique lié au froid», note Silvia Pujol, vétérinaire équine et partenaire d’Equiwell. Car, si le terme de spa fait penser à un bain d’eau chaude, on trouverait peu de courageux pour tester celui-ci: la température n’y est que de quelques degrés. Le taux de sel élevé – trois à quatre fois plus que dans la mer – optimise en sus l’effet anti-inflammatoire sur les tissus, tout en agissant sur la circulation sanguine. 

Un intérêt grandissant 

Cette technologie a déjà trouvé ses adeptes. Si certains sont plutôt axés sur le loisir, la majorité prend part à des compétitions. C’est le cas de Melody Johner, cavalière internationale de concours complet ayant notamment participé aux Jeux olympiques de Tokyo en 2021, qui vient régulièrement avec ses montures. «J’ai vu une différence nette sur mes chevaux: les jours suivant une séance, la récupération est meilleure, se réjouit l’athlète. Je les amène donc systématiquement après une épreuve importante, afin de préserver leur intégrité physique.» 

Utilisé seul ou comme moyen de traitement complémentaire, le spa agit également positivement sur diverses pathologies de l’appareil locomoteur, ainsi que sur la cicatrisation de lésions cutanées. «Lors de tendinites, cela permet de limiter l’usage d’anti-inflammatoires, tout en raccourcissant la durée d’immobilisation, se réjouit la vétérinaire Silvia Pujol. Je le prescris aussi lors de crise aigüe de fourbure. Selon la gravité, six à dix séances, à raison de deux fois par semaine en moyenne, sont nécessaires.» 

Du calme puis des bulles 

Avant le passage dans le spa, la douche des membres est de rigueur afin d’éliminer saletés et produits de soin qui pourraient contaminer l’eau, tandis qu’un sac à crottins fixé sur la bête évite toute souillure. Les premiers temps, le cheval doit être habitué progressivement à ce nouvel environnement. Certains équidés, au début, peuvent en effet être impressionnés par les parois relativement hautes du bassin. «Nous avons veillé à l’installer de telle sorte qu’ils puissent voir à l’extérieur, ce qui les distrait et les rassure. Par expérience, même les plus craintifs s’y accoutument rapidement. L’eau monte graduellement et nous n’enclenchons les bulles, bruyantes, que lorsque l’animal est bien détendu.» Sur le plan sécuritaire, une sangle au niveau du garrot évite qu’il cherche à sauter hors de l’installation. 

Pour Canolita, la séance touche à sa fin. Le jet d’eau enlève les résidus de sel avant le séchage final. Tandis qu’elle rejoint ses quartiers, son compagnon d’écurie se tient tranquille dans un box attenant. Une ceinture de massage détend les éventuelles tensions musculaires au niveau du dos après l’effort consenti la veille, lors d’une épreuve de saut. «À terme, nous allons proposer des journées complètes de soins relaxants, se réjouit la Vaudoise. Le propriétaire pourra déposer son cheval le matin.» En primeur, des enveloppements aux algues et à la boue chauffante permettront une détente musculaire, tout en accélérant l’élimination des toxines. De quoi réellement se sentir dans un centre de thalassothérapie! 

Cheval en train se faire masser
Son compagnon d’écurie a le droit à un massage
Cheval
À Goumoëns-la-Ville (VD), le centre Equiwell est aux petits soins pour les équidés.
Cheval dans un bain
Ce jour-là, «Canolita» profite du bain d’eau salée,

En chiffres....

Equiwell c'est :

  • 2021, l’année d’ouverture. 
  • 125 kilos de sel par mètre cube, contre 30 à 40 dans la mer. 
  • 60 centimètres maximum, la hauteur de l’eau, réglable en fonction de la pathologie. 
  • 3 à 5°, la température de l’eau. 
  • 30 minutes, la durée de la séance, 1 h en tout avec la préparation. 
  • Une vingtaine de chevaux en bénéficient jusqu’ici régulièrement. 
  • 80 francs par séance, 60 francs avec un abonnement de 10 coupons

Plusieurs types d'hydrothérapie

Le spa pour chevaux à l’eau de mer propose une approche différente des aquatrainers, plus répandus en Suisse romande. Ces derniers sont aussi constitués d’un bassin, mais il n’est ni refroidi ni salé. Au contraire du spa, où l’animal est statique, l’aquatrainer est équipé d’un tapis roulant afin que l’équidé puisse marcher dans l’eau. Ce système permet notamment une rééducation progressive après une opération ou une lésion. Il est également un complément d’entraînement intéressant, développant la masse musculaire en ménageant les articulations. La clinique Areda à Bex (VD) ainsi que l’Institut suisse de médecine équine à Avenches (VD) proposent cette prestation à leurs patients. De plus en plus de structures privées, comme l’Écurie de la Ruche, à Founex (VD), disposent de telles installations. Concernant les spas, à notre connaissance, outre celui d’Equiwell, seules deux écuries privées en possèdent en Romandie. 


Véronique Curchod