Peut-être souhaitez-vous voir votre ami à longues oreilles profiter d’une liberté hors de sa cage. En effet, que vous optiez pour une liberté totale ou des « récréations » ponctuelles, il est essentiel pour son bien-être de ne pas rester enfermé en permanence. En revanche, pour que la cohabitation en appartement se passe bien, il est important de lui apprendre à être propre et de sécuriser l’espace commun. Mode d’emploi !

Le lapin, naturellement propre ?

Sans doute avez-vous remarqué que votre lapin fait toujours ses besoins dans le même coin de sa cage, loin de son couchage par souhait de distinguer les deux espaces. C’est la même chose en pleine nature: les lapins ne font jamais leurs besoins dans leur terrier. En revanche, ils veulent marquer leur territoire, par leur urine ou leurs crottes, autour de leur habitat, pour prévenir leurs congénères que l’espace est déjà occupé. De fait, un lapin en liberté chez vous aura tendance à marquer « son » territoire – votre appartement. Mais rassurez-vous: vous pouvez apprendre à votre lapin à rentrer dans sa cage pour faire ses besoins – comme un chat utilise sa litière.

Un lapin en liberté, pourquoi ?

Bien que le lapin soit un animal de compagnie de plus en plus populaire, après le chat et le chien, les propriétaires ont moins spontanément l’idée de le faire cohabiter avec eux dans leur habitation. Pourtant, être enfermé peut considérablement modifier le comportement du lapin et le mettre dans une situation de mal-être, voire le rendre agressif. Tout comme il serait impensable de ne pas promener son chien ou d’enfermer son chat dans une boîte, il est important pour la santé du lapin de se dégourdir les pattes, s’étirer, assouvir sa curiosité. D’ailleurs, la nature est dénuée de barreaux n’est-ce pas ?

Idées reçues sur le comportement « destructeur » du lapin

S’il vient moins naturellement à l’esprit de laisser un lapin vivre en liberté dans un appartement qu’un chat ou un chien, c’est parce que cet animal est communément perçu comme incapable de résister à ronger tous vos meubles ou à vous laisser des petites « surprises » un peu partout. Mais prenons la problématique dans le bon sens: bien que des petits accidents puissent survenir, un lapin peut s’éduquer et des solutions pour éviter les drames existent. Tout est une question de progression, en fonction de l’âge du lapin.

« Baliser » et sécuriser

La première chose à faire avant de laisser votre lapin gambader chez vous est de sécuriser l’espace commun. Le lapin le mieux élevé du monde aura du mal à ne pas succomber à l’appel des fils électriques – qui peuvent être très dangereux pour lui. Un petit effort pour vous et lui: les mettre hors de sa portée ! Il en est de même des plantes potentiellement toxiques: placez-les en hauteur. Les fibres de tapis peuvent aussi devenir un risque pour la santé digestive de votre compagnon, surveillez. Enfin, si vous tenez à votre joli buffet en acajou, protégez les pieds ou ils risquent d’être assimilés à d’appétissantes carottes à ronger… Une petite astuce pour lui enlever cette idée de la tête ? Donnez-lui un « jouet » inoffensif qu’il aura plaisir à grignoter.

Eduquer le lapin par étapes

Tout comme Rome ne s’est pas faite en un jour, l’apprentissage de la propreté et de la liberté doit se faire progressivement. Avant six mois, préférez des sorties courtes sous votre surveillance, avant de le remettre dans sa cage où il se sent en sécurité. Ensuite, agrandissez petit à petit son espace à explorer. Commencez par délimiter un « parc » autour de sa cage. Il gardera en tête que sa cage – et donc sa litière – n’est pas loin et pourra penser à y retourner. Vous pourrez même l'y mettre régulièrement au cours de sa promenade pour que cela devienne un réflexe. Vous lui enseignerez ainsi de bonnes habitudes. Ensuite, vous pourrez agrandir cet espace petit à petit pour qu’il découvre la liberté sans stress.
Peut-être observez-vous que votre lapin a choisi un coin particulier de son enclos pour en faire son « petit coin », différent de là où vous aviez disposé son bac à litière ? Vous pouvez donc le déplacer vers cette zone choisie en y mettant quelques-unes de ses crottes. Il devrait prendre le réflexe d’y retourner. Ne vous inquiétez pas si cette étape, pouvant être très rapidement intégrée pour certains lapins, peut prendre quelques mois chez d’autres.

Faire comprendre sans gronder

Pour mener à bien son éducation, il vous faudra faire preuve de réactivité et de patience. Il ronge un meuble interdit ? Faites-lui comprendre immédiatement pour éviter une mauvaise habitude. Mais adoptez la bonne méthode. Ne criez pas, pour ne pas l’effrayer. Dites « non » de manière ferme, en tapant dans vos mains ou avec votre pied. Avec les répétitions, il associera cela à un interdit et finira par comprendre. Là, récompensez-le systématiquement, avec une friandise – sans excès – qu’il dégustera à la place de votre meuble. Habituellement, la propreté sera acquise à l’âge d’un an. Vous pourrez alors laisser sa cage ouverte ou l’enlever en ayant pris soin de lui délimiter un espace rien qu’à lui, avec sa litière, sa maison et ses jouets.
Le lapin et vous cohabiterez alors sereinement et pourrez profiter mutuellement de vos présences. Après tout, il fait partie de votre famille non ?

Et pour l’extérieur ?

Si vous avez un jardin, vous pouvez même offrir à votre lapin quelques escapades extérieures en le sortant avec une laisse et un harnais pour éviter qu’il s’échappe. Veillez à ne pas le mettre dans une zone ayant été traitée avec des produits chimiques, ou à laquelle d’autres animaux pourraient avoir accès. Un trop gros choc, dû à la peur, peut être fatal.

Les litières recommandées

Pour le bac à litière, à placer dans un coin de sa cage ou de sa « zone » dédiée, ne visez pas trop petit ni trop grand. Le lapin doit pouvoir être à l’aise, les bords ne doivent pas le freiner à entrer mais ils ne doivent être trop bas non plus, ce qui risquerait de lui faire faire ses besoins à l’extérieur.
Pour la matière, les litières végétales pour chat sont une bonne option, bien absorbante. Pour une alternative économique, choisissez des granulés de chauffage en bois. Jamais de litière minérale pour chat ! Votre lapin risquerait une occlusion s’il en avale. La sciure ou les copeaux, d’autant plus s’ils sont parfumés, peuvent s’avérer irritants sur le long terme.
Changez la litière tous les deux ou quatre jours environ – si elle est trop sale, il n’ira pas mais s’il n’y trouve pas du tout son odeur, en particulier lorsqu’il est encore en phase d’apprentissage, il ne l’associera pas à sa zone de toilettes.

Maintenant que ces conseils sont entre vos mains et que vous pouvez profiter d’une cohabitation harmonieuse avec votre lapin, n’hésitez pas à partager votre expérience sur notre page Facebook !