WallForPets

Actualités - Le gène MDR1 chez les chiens de berger

Le gène MDR1 chez les chiens de berger

Le gène MDR1 chez les chiens de berger

Chiens

Le gène MDR1

Malgré son nom, il n'y a pas de quoi rire! Le gène MDR1 peut présenter chez les chiens de berger, comme par exemple le colley, une anomalie dangereuse, rendant certains médicaments toxiques pour lui. 

Qu'est-ce que la sensibilité médicamenteuse MDR1?

Chez certaines races de chiens de berger, une mutation au sein du gène MDR1 ( Multi-Drug Resistance) est responsable d'une anomalie dangereuse. L’administration de certains médicaments, même à dose normale, conduit à une neurotoxicité chez ces chiens qui présentent une sensibilité médicamenteuse d’origine génétique. Lorsque le gêne MDR1 est muté, la protéine correspondante (MDR1-PGP), dont la fonction est d’expulser les molécules toxiques hors du système nerveux central, reste inactive. Elle ne peut donc pas remplir sa fonction de neuroprotecteur. Elle rend toxiques plusieurs produits vétérinaires, comme de simples antiparasitaires, des anti-vomissements ou même des anesthésiants. 

Quelles races de chien sont concernées?

En 1983, des chercheurs américains ont mis en évidence la toxicité, chez des colleys, d'un produit antiparasitaire, l'ivermectine. Pour voir si d'autres chiens pouvaient avoir cette hypersensibilité, une équipe de l'université de Californie a étudié un échantillon de 4'000 chiens de différentes races. La mutation du gène MDR1 touche au moins une quinzaine de races de chiens comme:

Il est très important de préciser que les chiens issus de croisements avec les races citées ci-dessus peuvent également présenter un risque de sensibilité médicamenteuse.

Mais tous les chiens de ces races portent-ils ce gène muté?

Non, tous les chiens des races citées ci-dessus n'ont pas cette anomalie.

Au cours de l'évolution, croisement après croisement, nos gènes mutent. C'est normal et c'est la nature. C'est ce qui permet à chaque être vivant d'évoluer. Un jour une mutation est apparue. Ce gène muté s'est dispersé dans la nature. Un gène est porté par un chromosome, le père et la mère apportent chacun un chromosome. Un chien peut donc recevoir un gène sain et un muté. On dit alors qu'il est hétérozygote. C'est pourquoi certaines races ont cette anomalie, et c'est aussi pour cette raison que dans chaque race, certains chiens sont atteints ou pas. 

Comment savoir si son animal est concerné par cette anomalie?

L'éleveur de votre chien, pour autant qu'il provienne d'un élevage sérieux, pourra sans autre vous donnez les résultats des tests des parents de votre compagnon, ce qui vous donnera déjà une bonne piste. Et si vous ne connaissez pas la provenance de votre animal, par exemple pour un chien adopté via une SPA, ou issu d'un croisement, il existe un test qui se fait très facilement chez votre vétérinaire, et pour un coût très abordable. Renseignez-vous!

Selon les résultats du test, le chien peut- être :

  • MDR1 +/+ soit HOMOZYGOTE NORMAL - sujet sain - aucun risque
  • MDR1 +/- soit HETEROZYGOTE – sujet potentiellement sain - risque modéré 
  • MDR1 -/- soit HOMOZYGOTE MUTE – sujet atteint - risque fort

Le choix des reproducteurs est crucial si l'on veut éviter d’avoir des chiots potentiellement sensibles au MDR1. En effet, si les deux parents sont +/+, tous les chiots seront alors +/+ . Par contre si les deux parents sont -/-, tous les chiots seront -/-.

La prudence est donc de mise chez les propriétaires de chiens de berger. En particulier chez les colleys, dont le 80% serait concerné par la dangereuse mutation. Sachez que de nombreux vétérinaires ne connaissent pas le MDR1 et c’est donc à vous, propriétaire, de faire très attention à toutes les prescriptions médicamenteuses que votre chien peut recevoir. Il est conseillé de mettre une étiquette sur le carnet de santé du chien précisant son intolérance.

Où puis-je faire les tests?

Vous trouverez sur ce site les adresses des laboratoires qui sont habilités pour un test de dépistage ADN fiable. 

À partir d'un simple frottis buccal, destiné à récupérer des cellules gingivales (et non pas de la salive), le test ADN permet de savoir si le chien est sensible ou non à certains traitements médicamenteux. Si le chien n'est pas sensible, ces médicaments peuvent être administrés en toute sécurité. Si le chien est sensible, un traitement alternatif doit être envisagé. Le test peut être fait de manière identique sur un échantillon sanguin.

Quels sont les médicaments à éviter?

Tout produit contenant de l'ivermectine est à proscrire. Cette molécule et ses dérivés se retrouvent dans les antiparasitaires et notamment dans les vermifuges. 

D'autres molécules contenues dans les antiparasitaires sont également toxiques pour les porteurs de la mutation du gène MDR1 (homozygotes et à moindre échelle les hétérozygotes):

  • La milbemycine (contenue dans le Milbemax, souvent plébiscité par les vétérinaires)
  • L'émodepside,(profender) 
  • La moxidectine
  • Spinosad. 

De même, évitez certains anti-diarrhéiques contenant du lopéramide (imodium), quelques anti-vomitifs métoclopramide et domperidone (médicaments courants Primperan et Motilium).

Il faut éviter les interactions médicamenteuses avec les substrats de la glycoprotéine-P car cela entraine de grands risques de surdosage des molécules employées. L’utilisation simultanée avec des benzodiazépines augmente la toxicité de chaque principe actif.

Quels sont les symptômes?

La gravité de l’intoxication dépend de la molécule, de la dose, de la race et de l’âge du chien. Les symptômes sont: 

  • Pupilles dilatées
  • Vomissements
  • Tremblements
  • Difficultés locomotrices
  • Cécité
  • Convulsions
  • Coma
  • Voir même la mort de l’animal. 

Il est vivement conseillé de prendre autant de précautions avec les chiens hétérozygotes qu’avec les chiens homozygotes mutés.

A savoir également:

  • L’alimentation des saumons d’élevage contient de l’ivermectine donc ne pas donner des croquettes à base de saumon d’élevage ou de l’huile de saumon à un chien de berger MDR1 +/- ou -/- .
  • Attention aux pièges à fourmis qui contiennent de l'abamectine, substance également toxique pour les races concernées par le MDR1.
  • Sachez enfin que de nombreux propriétaires de chiens de berger sont des cavaliers et que les vermifuges pour les chevaux contiennent des avermectines (ivermectine, doramectine etc.) et donc les chiens MDR1 +/- et -/- ne doivent en aucun cas manger le crottin d’un cheval qui vient d’être vermifugé ! Le chien ne doit pas avoir accès au crottin « contaminé » pendant 10 jours. Un chien qui mange 100g de crottin de cheval va également avaler 290µg d'ivermectine. 

En règle générale, quel que soit votre compagnon, qu'il soit à poils, à écailles ou à plumes, n'utilisez JAMAIS de médicaments sans l'avis de votre vétérinaire. Un petit coup de fil peut le sauver d'une bêtise irréparable.

Etiquettes

Nous vous invitons à télécharger nos étiquettes à coller dans le carnet de santé de votre animal.

Catégorie: Trucs et astuces
Tags: Actualité, Collies à poils longs, Maladie, Gène, Médicament toxique, Collies à poil ras, Shetland, Berger australien, Australian Cattle dog, Border Collie, Kelpie, Bobtail, Berger blanc Suisse, Bearded Collie
J'aime • pas encore de j'aimeCommenter cette publication

Article précédent
Découvrez l'American Shorthair
Article suivant
Du nouveau sur WallForPets